Matériaux

La nature, source d’inspiration pour la technologie

La bio-inspiration – ou comment l’observation du vivant peut conduire à l’élaboration de procédés innovants – est au centre de la nouvelle exposition temporaire du Musée d’histoire naturelle de Fribourg

«Prenez vos leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur.» Au XVIe siècle, Léonard de Vinci avait déjà saisi à quel point l’observation du vivant pouvait conduire à des développements technologiques, lui qui s’était largement inspiré du vol des oiseaux ou des ailes de la chauve-souris pour concevoir ses célèbres maquettes d’engins volants.

La bio-inspiration, à savoir l’étude de la nature sous toutes ses formes pour en tirer des stratégies, des matériaux ou des procédés novateurs, est actuellement à l’honneur au Musée d’histoire naturelle de Fribourg, qui lui consacre sa dernière exposition temporaire, en collaboration avec le Pôle de recherche national Matériaux bio-inspirés basé à l’Institut Adolphe Merkle.

Plusieurs siècles après de Vinci, les scientifiques sont aujourd’hui en mesure d’analyser les structures biologiques, leurs formes et leurs mécanismes, à l’échelle nanométrique – là où même un cheveu devient gigantesque –, leur permettant ainsi de mieux appréhender leur fonctionnement. De cette étude ont déjà émergé de multiples innovations dont le musée fribourgeois se fait l’écho.

D’une aile de papillon au billet de banque

On y apprend comment les dispositifs de sécurité sur les billets de banque ont directement été inspirés par les écailles des ailes de papillon – leurs couleurs résultant de l’interaction de la lumière avec leurs nanostructures complexes. Mais aussi comment les rubans adhésifs sans colle mais composés de poils microscopiques ont vu le jour grâce à l’observation du gecko et l’identification de l’interaction électrique de faible intensité – appelée «force de Van der Waals» – existant entre ses pattes et les surfaces auxquelles il adhère. Ou encore de quelle manière la «bio-colle» produite naturellement par les moules a inspiré un adhésif très puissant capable de résister à l’humidité et utilisé aujourd’hui en chirurgie pour refermer les plaies.

«Notre objectif était de montrer comment il est possible de passer de la recherche fondamentale à des applications industrielles très concrètes, explique Emanuel Gerber, directeur adjoint du Musée d’histoire naturelle. La bio-inspiration ne repose pas sur l’idée de copier la nature mais plutôt d’en identifier les principes de base, pour développer des technologies au service de la société.»

Destinée en premier lieu à un public adulte, l’exposition n’en demeure pas moins très didactique. Elle se tiendra jusqu’au 10 mars 2019.


Inspiration Natur-e, Musée d’histoire naturelle de Fribourg, du 13 octobre au 10 mars. Tous les jours de 14h à 18h. Entrée libre.

Publicité