Anthropologie

Neandertal, le plus ancien «peintre» européen?

Pour la première fois, des parties de peintures rupestres de trois grottes espagnoles ont été attribuées à l’homme de Neandertal. De quoi relancer le débat sur l’existence, longtemps contestée, d’un comportement symbolique chez notre cousin

Cette fois, c’est irréfutable: l’homme de Neandertal peignait avant l’arrivée d’Homo sapiens, l’homme moderne, en Europe. Mais que peignait-il? Cinquante-trois échantillons de moins de dix milligrammes de calcite liée à des peintures rupestres, prélevés dans trois grottes espagnoles, viennent d’être datés pour la première fois par une équipe internationale, dans un article publié dans «Science».

Et le verdict est tombé: une partie des peintures de ces trois grottes date d’au moins 64 800 ans. Soit 20 000 ans avant que l’homme moderne ne parvienne en Europe. Autrement dit, ces peintures sont forcément dues à l’homme de Neandertal, seul à peupler la péninsule Ibérique à cette période du Paléolithique moyen.

Lire aussi: Comment Neandertal s’exprime en nous

Pour les auteurs, leur présence atteste, sans aucun doute, qu’une forme d’expression artistique et de pensée symbolique existe chez Neandertal. Mais s’agit-il des mêmes capacités que celles de l’homme moderne, dont l’art rupestre figuratif date de 45 000 ans?

Animaux et signes géométriques

L’équipe internationale conduite par Dirk Hoffmann de l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig a daté des parties de peintures émanant de trois grottes situées dans différentes régions d’Espagne: La Pasiega (appartenant au complexe d’art rupestre du Monte Castillo) dans le nord-est, Maltravieso dans l’ouest et Ardales dans le sud en Andalousie. L’art rupestre est varié sur les trois sites: groupes d’animaux, points et signes géométriques, empreintes de mains négatives, etc.

Les peintures des deux premiers sites sont connues depuis une centaine d’années, et celles des Ardales depuis les années 1950. Mais, jusqu’à présent, toutes étaient attribuées à l’homme moderne. «On ne les avait pas encore datées car la technique habituelle, le radiocarbone, nécessite un pigment organique (le charbon) alors que ces peintures sont composées d’un pigment minéral, l’ocre rouge», explique l’un des auteurs de l’étude, João Zilhão, de l’Institut catalan de recherche et d’études supérieures de Barcelone.

Peut-être plus ancien

Il précise: «Nous avons utilisé une autre technique, la datation uranium-thorium (elle permet de remonter jusqu’à 600 000 ans contre 50 000 ans pour le radiocarbone) en l’appliquant non aux peintures elles-mêmes mais à la calcite, des dépôts carbonés qui les recouvrent ou sont en dessous. On obtient l’âge minimum de la peinture dans le premier cas et son âge maximum dans le second. Dans les trois grottes, nous avons trouvé un âge minimum de 64 800 ans; les peintures en question sont peut-être plus anciennes.»

Le paléoanthropologue français Jean-Jacques Hublin, directeur à l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste, est admiratif: «Avoir réussi à dater ainsi avec précision de si petits fragments de calcite, cela relève d’une prouesse exceptionnelle.» Cependant, avec leur technique, les chercheurs n’ont pu dater que des petites parties relativement simples des peintures: des lignes droites parallèles à La Pasiega, une main négative rouge à Matravieso, des zones peintes en rouge aux Ardales. «Pour le moment, nous n’avons pas de dates aussi anciennes pour des représentations figuratives, animaux, humains», reconnaît João Zilhão.

Plaquer sa main sur un mur peint ou dessiner un rhinocéros, ce n’est pas la même chose

Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue

Aussi, quand les auteurs s’enthousiasment – «C’est une preuve que Neandertal exprimait une forme d’art symbolique. Les mains négatives nécessitent de préparer un matériau colorant et ne sont pas tracées au hasard, il s’agit forcément de symboles significatifs placés dans des lieux significatifs» – Jean-Jacques Hublin tempère: «Conclure que les Néandertaliens produisaient des représentations symboliques telles que les nôtres est une interprétation très binaire de ces résultats.

En termes évolutifs, ce qui est plus intéressant que l’absence ou la présence d’un comportement, c’est sa fréquence et sa complexité. Ce n’est pas parce que les Néandertaliens ont tracé des marques de peinture sur des grottes qu’ils auraient pu décorer la grotte Chauvet: plaquer sa main sur un mur peint ou dessiner un rhinocéros, ce n’est pas la même chose.»

Dans une seconde étude publiée simultanément, la même équipe date cette fois à 115 000 ans, toujours avec la technique de l’uranium-thorium, une coulée recouvrant un gisement archéologique (des coquillages perforés, des colorants rouges et jaunes, des mélanges complexes de pigments) situé dans une grotte de bord de mer à Cueva de los Aviones, dans le sud-est de l’Espagne. Pour João Zilhão: «Les parures, les peintures corporelles et la manipulation de minéraux pour obtenir des colorants complexes existaient donc chez les Néandertaliens en Europe au moins 20 000 ans avant l’homme moderne en Afrique du Sud.»

Jean-Jacques Hublin se montre beaucoup plus sceptique: «On trouve, en pagaille, des coquillages aussi anciens percés à dessein par l’homme moderne, en Afrique du Nord et au Levant. Et Homo erectus, l’ancêtre de l’homme moderne et de Neandertal, gravait déjà des motifs en zigzag sur un coquillage, il y a 500 000 ans.» Autrement dit, si les deux études révèlent ou confirment des capacités complexes chez Neandertal, il serait simpliste d’en conclure que celui-ci ne présente aucune différence avec l’homme moderne.

Lire aussi: «Je cherche à identifier ce qui rend les hommes modernes uniques»

Publicité