Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La contribution principale au raccourcissement de la saison de neige est la fonte de plus en plus précoce au printemps
© Christoph Marty

CLIMAT

Moins de neige en montagne, aussi au printemps et en automne

L’augmentation des températures ne réduit pas seulement l’enneigement durant l’hiver. Dans les Alpes suisses, la couverture neigeuse s’installe également plus tard, et disparaît plus tôt, révèle une nouvelle étude

La durée d’enneigement dans les Alpes suisses s’est nettement réduite durant les dernières décennies, même à haute altitude. En moyenne, la couverture neigeuse s’installe 12 jours plus tard et disparaît 25 jours plus tôt qu’en 1970, selon une étude publiée dans la revue «Climatic Change».

Des chercheurs de l’Université de Neuchâtel, de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) et de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF) y montrent que l’augmentation des températures ne réduit pas seulement l’enneigement durant l’hiver mais également en automne et au printemps.

Lire aussi: Le scientifique qui imagine un tourisme sans neige

Un enneigement qui se réduit

La durée de l’enneigement s’est réduite dans toutes les régions et à toutes les altitudes entre 1100 et 2500 mètres. Jusqu’ici l’enneigement avait principalement été analysé durant la période hivernale.

L’équipe emmenée par Martine Rebetez, du WSL, a sélectionné onze stations de MétéoSuisse dans les Alpes, qui présentaient des séries de données de 1970 à 2015, parmi lesquelles figuraient entre autres celles du SLF, au Weissfluhjoch (2540 m), au-dessus de Davos (GR). Toutes les stations montrent un raccourcissement significatif de la durée d’enneigement, quelles que soient l’altitude ou la région.

La contribution principale à ce raccourcissement est la fonte de plus en plus précoce de la neige au printemps. L’installation de plus en plus tardive du manteau neigeux en automne y contribue aussi, mais dans des proportions deux fois moins importantes.

37 jours de neige en moins

Sur l’ensemble des stations, la couverture neigeuse intervient 12 jours plus tard et disparaît 25 jours plus tôt qu’en 1970. Les chercheurs ont en outre mesuré une baisse de 25% en moyenne de la hauteur maximale annuelle de la couche de neige. Et le moment où survient ce maximum s’observe aujourd’hui en moyenne 28 jours plus tôt qu’il y a 45 ans.

Au début des années 1970, les hivers étaient particulièrement enneigés, ce qui renforce encore la différence avec les hivers actuels. Mais les données sont sans équivoque: «Ces résultats montrent que la durée du manteau neigeux s’est réduite en toutes saisons et à toutes les altitudes, pas seulement en hiver, en plaine et en moyenne montagne, où tout le monde peut facilement s’en rendre compte», explique Martine Rebetez, citée dans un communiqué du WSL.

Même si elle ne livre pas de projections pour le futur, cette étude montre qu’il faut s’attendre à l’avenir à des conséquences importantes des changements climatiques, non seulement pour les activités liées directement à la neige, mais également pour l’approvisionnement estival en eau, pour les activités humaines comme pour les écosystèmes naturels, note l’institut fédéral.

Lire aussi: Leçons d’une année 2016 climatiquement hors normes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST