Au Népal, on le surnomme «River Man». Megh Ale a grandi dans un village en bordure d’une rivière, près de Pokhara, et faisait l’école buissonnière pour aller pêcher avec ses amis. De cette proximité avec l’eau est née sa passion pour le rafting, sport touristique prisé au Népal. Dès 1995, le jeune homme a sensibilisé les guides de montagne à l’environnement, leur donnant le rôle de «gardiens des rivières» de l’ancien royaume himalayen. Agé aujourd’hui de 61 ans, et après une vie entière dédiée à la protection de la nature, Megh Ale alerte sur la course à la construction de centrales hydroélectriques que mène son pays, tronçonnant par des barrages les rivières sacrées qui descendent de la Chine vers l’Inde.