Dans l’avenir, penser à tourner à gauche ne sera peut-être plus qu’une simple pensée: le constructeur automobile japonais Nissan et une université suisse sont en train de plancher sur une voiture capable de lire dans les pensées du conducteur et de préparer la voiture aux manœuvres envisagées.

«L’idée est de combiner l’intelligence humaine du conducteur et l’intelligence artificielle de la voiture de manière à éliminer tout conflit entre elles, afin d’obtenir une technologie moteur plus sûre», a indiqué le professeur José Del R. Millan, de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, qui dirige le projet.

«Grâce aux analyses de l’activité cérébrale» et «des mouvements des yeux», en concomitance avec les propres systèmes de détection de la voiture, «il devrait être possible d’anticiper ce que le conducteur prévoit de faire, que ce soit tourner, dépasser ou changer de file». Ainsi, le «véhicule pourra accompagner la manœuvre en toute sécurité», indique l’Ecole dans un communiqué.

Selon un porte-parole de l’Ecole polytechnique, les recherches prendront quatre ans, et pourraient aboutir «à la fin de cette période à un véhicule prototype».