Le prix Nobel de médecine a été attribué conjointement lundi à William Campbell, né en Irlande, au Japonais Satoshi Ōmura et à la Chinoise Youyou Tu, découvreurs de traitements contre les infections parasitaires et le paludisme.

 L'avermectine

William Campbell et Satoshi Omura sont récompensés ensemble pour "leurs travaux sur un nouveau traitement contre les infections causées par des vers". Youyou Tu est primée pour "ses découvertes concernant une nouvelle thérapie contre le paludisme", a indiqué le jury Nobel.

"Les maladies provoquées par les parasites sont un fléau pour l'humanité depuis des millénaires et constituent un problème de santé mondial considérable", a-t-il précisé. Selon lui, "les maladies parasitaires touchent particulièrement les populations les plus pauvres du monde et représentent un obstacle immense à l'amélioration de la santé et du bien-être humains".

"Les lauréats du prix Nobel cette année ont développé des thérapies qui ont révolutionné le traitement de certaines des maladies parasitaires les plus dévastatrices", a souligné le comité Nobel de l'Institut Karolinska.

William C. Campbell, qui a également travaillé pour des laboratoires pharmaceutiques privés, et Satoshi Omura ont découvert un nouveau médicament, l'avermectine. Ses dérivés ont radicalement diminué la prévalence de la cécité des rivières et la filariose lymphatique, tout en montrant de l'efficacité contre un nombre de plus en plus grand d'autres maladies parasitaires".

Tu Youyou, 84 ans, qui était depuis longtemps pressentie pour recevoir le prix, a découvert un traitement particulièrement efficace contre le paludisme grâce à un extrait de la plante armoise annuelle (Artemisia annua).

Mme Tu avait commencé ses recherches en combinant les textes médicaux anciens chinois et les remèdes populaires, collectant deux milliers de "remèdes" potentiels à partir desquels son équipe a fabriqué 380 extraits de plante.

L'artémisinine

Un de ces extraits provenant de la plante absinthe (Artemisia absinthium) s'est montré prometteur chez des souris. S'inspirant d'un document ancien, le Dr Tu a modifié le processus d'extraction de cette substance pour la rendre plus efficace avant d'isoler, au début des années 70, l'ingrédient actif de l'absinthe à savoir l'artémisinine.

L'artémisinine est le traitement le plus efficace et sûr contre le paludisme, maladie qui touche près de 200 millions de personnes par an, et en tue plus de 500'000, principalement des enfants africains.

Un choix "génial" selon MSF

Le prix Nobel de médecine 2015 concerne "des patients que l'on oublie habituellement beaucoup" et en particulier ceux touchés par le paludisme, s'est réjoui lundi MSF. L'ONG a qualifié de "génial" le choix du jury.

"C'est génial (...) car cela concerne des patients qu'habituellement on oublie beaucoup", a dit à l'AFP Brigitte Vasset, directrice médicale adjointe de Médecins Sans Frontières (MSF) France. Elle rappelle que son organisation s'est battue pour imposer le traitement du paludisme par l'artémisinine.

Le Nobel a distingué notamment la découverte de l'artémisinine à partir d'un extrait de plante par Mme Tu Youyou (Chine). "Pour le paludisme, cela a changé la vie de beaucoup d'enfants", a souligné la Dresse Vasset.

"Nous avons commencé à l'utiliser en 1996-1997 à la frontière birmane. Ensuite au début des années 2000, il a fallu se battre pour montrer que cela marchait mieux que la chloroquine."

"La chloroquine, c'était le médicament que tout le monde utilisait (...). Il a fallu faire des études de résistances pour démontrer que la chloroquine ne marchait pas et donc que l'artémisinine associée à un autre médicament évitait justement ces résistances."

Une seule injection par jour

L'arrivée de l'artémisinine a facilité les traitements: "C'était fantastique pour les consultations surtout pour les enfants de moins de 3 ans et pour les cas graves qui étaient dans le coma. Avant il fallait faire des perfusions avec de la quinine toutes les 8 heures, alors qu'avec ce médicament, il faut une seule injection intramusculaire par jour."

Ces injections, plus faciles à réaliser, ont aussi permis de traiter des patients dans des dispensaires, éloignés des hôpitaux, ajoute-t-elle. "Aujourd'hui, quinze ans après (...), il y a des tonnes de contrefaçons qui contribuent à la montée des résistances avec ces médicaments de mauvaise qualité", déplore Mme Vasset.

"Du bonheur au monde"

Pour Marcel Tanner, directeur sortant de l'Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH) à Bâle, "l'artémisinine a apporté du bonheur au monde". "Tu Youyou est certainement la bonne personne pour ce prix", a-t-il indiqué à l'ats.

De manière générale, ce Nobel est une fantastique reconnaissance pour le combat contre les maladies de la pauvreté et les pathologies négligées, a-t-il ajouté.

Une semaine de Nobel

Le prix de médecine est le premier de la saison des Nobel 2015. Il sera suivi de ceux de physique mardi, de chimie mercredi, de littérature jeudi et de la paix vendredi à Oslo. La saison s'achève le 12 octobre avec le prix d'économie.

Chaque prix Nobel est doté de huit millions de couronnes suédoises (près de 855.000 euros), à partager entre lauréats s'il y en a plusieurs.