Récompense

Le Nobel, un formidable coup de projecteur pour l’Université de Lausanne

L’attribution du Prix Nobel de chimie 2017 à Jacques Dubochet va accroître le rayonnement de l’université dans laquelle il a effectué la plus grande partie de sa carrière

«Nous sommes tous très fiers, personnellement je suis incroyablement heureuse, c’est un jour de fête»: la rectrice de l’Université de Lausanne, Nouria Hernandez, ne boudait pas son plaisir, quelques heures après l’annonce de l’attribution du Prix Nobel de chimie 2017 au Vaudois Jacques Dubochet, conjointement avec des collègues britanniques et américains.

Jacques Dubochet lors de l'annonce: «Il y a ce moment où on se dit «aha», et on comprend qu'on fait une découverte»

L'essentiel de sa carrière dans l'institution

Le spécialiste de la microscopie a en effet effectué l’essentiel de sa carrière à l’Université de Lausanne. De quoi procurer une nouvelle visibilité à cette institution. «C’est une excellente nouvelle. Ce prix vient couronner non seulement la carrière d’un chercheur mais valorise aussi le travail exceptionnel de l’UNIL», estime Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois.

L'annonce, ce mercredi: Le Vaudois Jacques Dubochet est co-lauréat du Nobel de chimie

Bon pour Shanghai

La présence d’un (ou plusieurs) Prix Nobel parmi les professeurs (actifs ou retraités) d’une université compte énormément pour sa réputation. C’est l’un des principaux critères pris en compte dans le classement de Shanghai, le plus réputé des palmarès du genre, dans lequel l’Université de Lausanne risque bien de grimper: elle se situe actuellement entre la 150e et la 200e place. L’EPF de Zurich, dont sont issus plusieurs Prix Nobel, est la première université d’Europe continentale du classement (à la 19e place).

«Compter un Prix Nobel dans ses effectifs amène un sentiment de fierté, affirme Daniel Saraga, le rédacteur en chef de la revue scientifique suisse Horizons. Cela attire des étudiants et favorise l’engagement de chercheurs talentueux.» C’est aussi un signal fort pour les politiques, qui peut donc s’avérer favorable lors de négociations budgétaires.

Publicité