L’être humain est décidément plein d’espoir. En pleine pandémie, il aura naturellement tendance à vouloir trouver des solutions miracles pour éviter d’être infecté par le coronavirus. Et donc à croire aux messages les plus farfelus qu’il reçoit sur son téléphone ou qu’il lit sur les réseaux sociaux. Bronzer pour lutter contre le virus: voilà par exemple une idée qui pourrait faire sourire… si elle n’était pas sans risques. Passage en revue des fake news les plus répandues sur le sujet.

Lire aussi: Sur quelles surfaces le coronavirus persiste-t-il le plus longtemps?

Diffuser des huiles essentielles

L’huile essentielle d’arbre à thé est prétendument antivirale, selon tous les experts en bien-être. Résultat: les pharmacies sont dévalisées. Et même le site français Doctissimo se fend de conseils sur le sujet, affirmant par la voix d’un médecin qu’en diffusion ou en application, cette huile «stimule le bon fonctionnement du système immunitaire, renforçant ainsi notre immunité». L’hebdomadaire Femme Actuelle vient aussi de céder à la tentation de la facilité en mettant en ligne un article vantant les bienfaits des huiles essentielles de ravintsara, ou de palmarosa, qui sert à «mettre l’infection à distance si une personne est malade dans le foyer».

«L’épidémie est actuellement en expansion dans des pays où il fait 20 ou 30 degrés, comme la Californie. Cela montre bien que le virus ne s’éteint pas quand il fait chaud» Philippe Eggimman, président de la Société vaudoise de médecine

Président de la Société vaudoise de médecine, Philippe Eggimman, lui, saute au plafond: «Aucune donnée scientifique ne suggère que des compléments alimentaires et huiles essentielles de quelque nature qu’ils soient puissent être efficaces pour empêcher la réplication du nouveau coronavirus.» En outre, ce dernier ne se balade pas dans l’air, contrairement au virus de la rougeole: il se trouve dans des gouttelettes de toux ou postillons et peut subsister sur des surfaces.

La seule situation où il flotte dans l'air en aérosol est, à priori, quand un patient aux soins intensifs est intubé. Dans ce cas, il reste dans l’air deux ou trois heures – c’est pourquoi les soignants portent à ce moment-là des masques ultra-filtrants.

Se mettre au soleil

Avez-vous reçu ce message solennel, émanant prétendument d’un médecin chinois de «Shenzen transféré à Wuhan pour collaborer avec la task force contre l’épidémie de coronavirus»? En pleine paranoïa, vous pourriez prêter attention à ce qu’il préconise. Selon cet expert (de pacotille) anonyme, «le virus ne résiste pas à la chaleur et il meurt s’il est exposé à des températures de 26-27°. Pour ceux qui le peuvent, il est important de s’exposer le plus possible au soleil en accord avec vos conditions climatiques actuelles.»

Une affirmation fausse, prévient Philippe Eggimman. «L’épidémie est actuellement en expansion dans des régions où il fait 20 ou 30 degrés, comme la Californie», explique-t-il. Cet Etat américain est désormais en confinement suite à la publication de prévisions qui estiment que 25 millions de Californiens pourraient contracter le Covid-19. «Cela montre bien que le virus ne s’éteint pas quand il fait chaud. Au contraire: en été, les gens sortent plus, donc la contagion pourrait augmenter», ajoute le médecin.

Lire également:  Dr Philippe Eggimann: «Les médecins généralistes ont besoin de directives»

Selon lui, «les rayons ultraviolets tuent en effet certaines bactéries, mais pas les virus! «Ou alors, il en faudrait des quantités beaucoup plus importantes.» Les siestes au soleil peuvent faire du bien au moral, en revanche.

Boire chaud

Le raisonnement est le même pour les boissons chaudes, que de sombres inconnus au ton grave nous enjoignent de siroter tout au long de la journée. Thé, tisane, bouillon, soupes, ou simplement de l’eau chaude… Un e-mail étrangement signé de l’université américaine Stanford précise: «Tout le monde doit s’assurer que sa bouche et sa gorge sont humides, jamais sèches. Prenez quelques gorgées d’eau toutes les quinze minutes au moins. Même si le virus entre dans votre bouche, l’eau potable ou d’autres liquides les feront passer par votre gorge et dans l’estomac. Une fois dans l’estomac, l’acide gastrique tuera tout le virus. Si vous ne buvez pas assez d’eau régulièrement, le virus peut pénétrer dans la trachée puis dans les poumons. C’est très dangereux.»

Les liquides, y compris s’ils sont chauds, neutralisent-ils le virus? «Pas du tout», s’exclame Philippe Eggimman. Là encore, il n’est pas interdit de boire si on le souhaite, mais cela ne changera absolument rien à votre état viral. Et les consignes lues ci-dessus ne sont qu’un ramassis de bêtises.

Manger de l’ail

Les tomates à la provençale, saupoudrées d’ail, sont un vrai délice. Mais en manger trois fois par jour ne vous empêchera pas d’être infecté par le coronavirus. Sur son site, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se montre claire: «L’ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes. Cependant, rien ne prouve, dans le cadre de l’épidémie actuelle, que la consommation d’ail protège les gens contre le nouveau coronavirus.»

Faire des gargarismes

Pendant que vous finissez vos tomates, un autre conseil farfelu arrive sur Facebook. «Le virus corona, avant qu’il n’atteigne les poumons, reste dans la gorge pendant quatre jours et, à ce moment, la personne commence à tousser et avoir des douleurs dans la gorge, poste votre tante Georgette. Si elle boit beaucoup d’eau et se gargarise avec de l’eau tiède et du sel ou du vinaigre, elle éliminera le virus.»

Pour le médecin Philippe Eggimman, «si se gargariser suffisait à tuer le Covid-19, il n’y aurait tout simplement pas d’épidémie». Pour ceux qui seraient tout de même tentés de le faire, il précise: «Alors ne le faites pas en public! Cela risquerait de diffuser des gouttelettes qui sont elles très contagieuses!»

En résumé: à ce stade, la seule solution pour enrayer la propagation du Covid-19 reste le confinement. Un malade déclaré, s’il ne vit pas seul, devra s’enfermer dans sa chambre et se faire livrer sa nourriture. Ceux qui n’ont pas de symptômes devront rester chez eux le plus possible, comme l’explique ici l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).