L'une des priorités actuelles de Cisco est la téléphonie. Mais, selon la firme de San José, la technologie de commutation par circuits va très bientôt être remplacée par la commutation par paquets. Autrement dit, le transport de la voix n'empruntera bientôt plus les réseaux traditionnels mais sera effectué grâce au protocole IP (Internet Protocol), utilisé sur le Net, sur un réseau unique dédié au transport d'un nombre croissant de données. Du pain bénit pour une entreprise comme Cisco. Sa filiale suisse a d'ailleurs conclu la semaine dernière une tournée de trois dates helvétiques qui avait pour but de présenter les solutions développées en partenariat avec Nextra et Getronics. Récemment également, l'Union internationale des télécommunications, à Genève, a organisé un colloque consacré à la question. L'acronyme de ce transfert de la voix sur un réseau IP: «Voice over IP» (VoIP).

Un grand nombre d'entreprises disposent déjà d'un réseau IP pour le transfert des données. Il suffit d'y ajouter un serveur et des téléphones pour y faire passer la voix. «L'avantage du VoIP, avance Byron Enderson, directeur du marketing chez Cisco, est de permettre de délivrer un grand nombre de services sur un réseau unique. Une unification des réseaux qui permettra aux entreprises de faire baisser leurs coûts.» Cisco, là encore, s'est appliqué elle-même le remède. A la fin de l'année, tout son réseau téléphonique devrait être VoIP. Sur ce marché en expansion, Cisco affirme être la seule firme à développer des standards ouverts, au contraire d'Alcatel, Siemens, Nortel et 3Com.

Problème: les téléphones sont encore chers et les applications susceptibles de convaincre les entreprises et les particuliers rares. Parmi elles, Byron Enderson décrit le parcours que pourrait faire un appel rentrant sur réseau IP si le destinataire est absent. Avant que le téléphone ne sonne, l'agenda du destinataire est consulté ainsi que celui de ses collègues et l'appel est redirigé vers une personne disponible.

Cisco prévoit qu'en 2003, 50% des communications dans le monde se feront sur réseau IP. D'autres sont moins optimistes. La société d'analyse Cahers In-Stat Group, citée par le quotidien Les Echos, est d'avis que la téléphonie sur Internet sera opérationnelle sur 10% des réseaux d'entreprise d'ici à la fin de l'année et sur 60% d'entre eux en 2004.