Gadgets

Le nouveau ventilateur Dyson, un vent d’air pur

La marque britannique propose un purificateur d’air intérieur qui fait office de ventilateur et de chauffage d’appoint. Particularité: l’appareil est connecté à une application mobile offrant quelques fonctions intéressantes

L’été est loin d’être fini, il est donc encore temps de discuter des performances du ventilateur Pure Hot + Cool Link, nouveau-né de la gamme Dyson. Plus connue pour ses aspirateurs alliant performance et design, la marque britannique avance depuis quelques années ses pions sur d’autres terrains, des sèche-mains aux robinets en passant par les sèche-cheveux. Et des ventilateurs, donc, avec ce Pure Hot + Cool Link. Qui est en fait beaucoup plus qu’un ventilateur, puisqu’il fait également office de radiateur et de purificateur d’air, le tout de manière connectée.

Avec son look droit sorti de la station spatiale internationale, l’objet que nous a prêté Digitec, n’a pas grand-chose à voir avec le commun des ventilateurs. L’observateur attentif aura remarqué, pour commencer, qu’il ne possède aucune pale. Le principe de fonctionnement, baptisé Air Multiplier, rappelle celui des turbines des avions: l’air est inspiré, accéléré, puis expulsé à grande vitesse (jusqu’à 15 fois la vitesse initiale) à travers un étroit interstice courant le long de l’anneau. Comme les turbines d’avion, le ventilateur fait du bruit. Beaucoup de bruit. Sa puissance, réglable grâce à une télécommande infrarouge, oscille sur une échelle de 1 à 10. En dessous de 6, il ne brasse qu’un volume d’air très limité. On ne perçoit un souffle digne de ce nom qu’au-delà, au prix d’un bruit assez gênant. Nous n’avons pas pu comparer le Pure Hot + Cool Link à d’autres modèles signés Dyson, mais son débit maximum affiché est de 735 mètres cubes par heure, contre 669 pour le modèle sorti en 2015, le AM09.

Ergonomie sans faille

Mais passons au cœur de métier du Pure Hot + Cool Link: la purification d’air intérieur. Avant d’être accéléré, l’air aspiré est filtré à travers un filtre ultra-fin, dissimulé dans la base circulaire de l’appareil. Le constructeur annonce que ce dernier retient jusqu’à 99,95% des polluants intérieurs, tant que les particules sont d’un diamètre supérieur à 0,1 micromètre. Pollens, poussières, fumées, odeurs et autres poudres en suspension sont ainsi piégés dans le filtre, qui ressemble à ceux déjà présents dans certains aspirateurs de la marque.Celui-ci est vendu environ septante francs sur la boutique en ligne officielle et doit être changé une fois par an, sur une base de douze heures d’utilisation quotidiennes.

Là où l’appareil – comme de nombreux articles Dyson – donne pleine satisfaction, c’est dans le domaine de l’ergonomie. Il se pilote avec aisance avec la télécommande fournie. Outre la puissance, comme écrit plus haut, elle permet de régler l’oscillation et de paramétrer une extinction différée. On trouve également de quoi régler la largeur du faisceau d’air expulsé, fin ou plus large. Sur la façade, un seul bouton permet d’allumer et d’éteindre l’ensemble. Un petit écran à cristaux liquides renseigne sur la puissance actuellement activée.

Ces quelques fonctions sont réellement utiles et intelligemment accessibles (à condition, infrarouge oblige, de bien viser le capteur avec la télécommande). Mais le Pure Hot + Cool Link va encore plus loin grâce à sa partie connectée. On peut en effet le relier à son réseau sans fil domestique. Tout se passe dans ce cas via une application mobile disponible sur les smartphones Apple ou ceux sous Android.

Nommée Dyson Link, elle permet de suivre à l’aide de graphiques l’évolution de la température, de l’humidité et de la qualité de l’air. Pratique pour voir si certaines heures de la journée s’accompagnent de pics de pollution, par exemple. Le filtre purificateur s’enclenche de toute façon lorsque la qualité de l’air passe sous un certain seuil prédéfini.

L’appli donne en outre les niveaux de pollution extérieure en piochant dans des bases de données en ligne. Il est également possible, dans un autre onglet, de programmer des mises en marche et arrêts prédéfinis selon certaines plages horaires. Enfin, elle offre aussi la possibilité de se servir du smartphone en tant que télécommande, avec les mêmes fonctions. A noter que tout cela n’a rien d’obligatoire: toutes les fonctionnalités connectées ne sont que bonus.

La première connexion du ventilateur au réseau se fait sans heurt, à condition que le smartphone utilisé soit connecté sur la bande 2,4 GHz (la seule utilisée par le ventilateur) et non sur la bande 5 GHz, qui provoque le plantage de l’application. Il suffit ensuite d’appairer smartphone et ventilateur, et d’autoriser la connexion wi-fi en rentrant un code étiqueté sur la face avant. La procédure ne prend que quelques minutes.

Vendu 499 francs, le Dyson Pure Hot + Cool Link est un bien beau ventilateur et purificateur d’air qui satisfera la plupart des utilisateurs. Mais son maigre débit d’air le destine à des pièces de taille modeste pour profiter de son souffle.

Publicité