Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d'illustration. Photo de la Lune prise en septembre 2015 à Lausanne.
© FABRICE COFFRINI

Espace

Objectif Lune en 2017 pour la start-up de Floride Moon Express

La société installée à Cape Canaveral espère obtenir dans les prochaines semaines le feu vert des autorités fédérales américaines pour un projet visant à faire alunir un engin spatial plein de matériel scientifique. En cas d'approbation, ce serait la première mission privée entreprise au-delà de l'orbite terrestre

Dans l’inconscient collectif américain, le «moonshot », la mission d’Apollo vers la Lune reste le symbole même de l’innovation et de la capacité des Etats-Unis à aller au-delà des frontières. Aujourd’hui, le rêve a semblé s’estomper depuis la fin du programme des navettes spatiales décrétée à la fin août 2011 par la NASA.

Moon Express, une start-up basée à Cape Canaveral en Floride, pourrait toutefois ressusciter le rêve. Selon des indiscrétions révélées par le Wall Street Journal, cette société privée fondée par Bob Richards et l’ingénieur de la Silicon Valley et philanthrope Naveen Jain, serait sur le point d’obtenir l’aval des autorités américaines pour une mission vers la Lune dans la deuxième moitié de 2017.

25 millions de dollars

Moon Express a l’intention de faire alunir un engin lunaire non habité d’environ 20 kilos plein de matériel scientifique. L’engin, un atterrisseur dénommé «MX-1» serait propulsé par une fusée lancée à partir de la Nouvelle-Zélande. Son coût est évalué à quelque 25 millions de dollars. Si les autorités américaines et la Federal Aviation Administration, qui est responsable du lancement de fusées et du matériel qui est envoyé dans l’espace, donne le feu vert à Moon Express au cours des prochaines semaines, ce serait la première mission privée autorisée au-delà de l’orbite terrestre. Jusqu’ici, seuls des organismes étatiques avaient le droit de les mener.

Permettre à un acteur privé de se lancer dans la conquête spatiale et lunaire n’est toutefois pas une formalité. Les autorités fédérales américaines doivent s’assurer que de telles entreprises se conforment aux traités et règlements internationaux en matière de gestion de l’espace. Elles doivent s’assurer que l’engin lunaire et le matériel qu’il contient ne posent pas de risques de contamination ou d’autres menaces prohibées par des traités internationaux.

Prix Google Lunar X

Selon le Wall Street Journal, Moon Express, dont le directeur Bob Richards a créé l’International Space University disposant d'un campus à Strasbourg, est l’une des sociétés en compétition pour le prix Google Lunar X doté de 20 millions de dollars et censé récompenser la première équipe capable de développer un engin pouvant alunir, se déplacer sur la lune et en ramener des photos et vidéos.

Ce n’est pas le seul projet privé dont l’ambition est d’aller au-delà de l’orbite terrestre. Le milliardaire Elon Musk avait déjà annoncé sa volonté d’envoyer un engin spatial sur Mars en 2018 dans le cadre d’un programme appelé SpaceX.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST