Les engelures aux orteils observées chez certaines personnes exposées au SARS-CoV-2 ne seraient pas un énième symptôme du virus, ni le signe d’une forme atténuée de la maladie, mais l’expression d’une résistance innée. C’est une hypothèse que décrit la Revue médicale suisse (RMS) dans son édition de la semaine dernière.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les dermatologues du monde entier ont signalé des cas inexpliqués de pseudo-engelures au niveau des orteils, appelées «orteils covid» (Covid-toes). «L’ensemble de ces observations suggère que les personnes concernées représentent une population résistante à l’infection par SARS-CoV-2 [le virus responsable de l’épidémie], et que le mécanisme de cette résistance impliquerait une défense innée antivirale robuste», affirme dans la RMS le professeur Michel Gilliet, chef du Service de dermatologie et vénérologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).