Alors qu’une vague de chaleur inédite s’abat sur le sous-continent indien, dépassant mercredi dernier les 48°C dans la province pakistanaise du Sind, Gilgit-Baltistan – le nord montagneux du pays surnommé «la Petite Suisse» – est le théâtre d’une hausse des catastrophes naturelles. Depuis vingt ans, inondations et glissements de terrain se succèdent et leur fréquence s’accélère. En cause: le réchauffement climatique, le dérèglement de la saison des pluies et la fonte précipitée des glaciers de la chaîne du Karakoram, célèbre pour héberger quatre des 14 sommets s’élevant à plus de 8000 mètres, dont le K2. Selon le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP), le phénomène constitue une menace immédiate pour près de 7 millions de Pakistanais résidant à proximité des rivières alimentées par les glaciers.