En augmentation depuis déjà quelques années, les cas de puberté précoce semblent avoir subi un coup d’accélérateur durant la pandémie de Covid-19. Plusieurs études observationnelles réalisées en Allemagne (dont les résultats ont été présentés le 17 septembre lors du congrès annuel de la Société européenne d’endocrinologie pédiatrique), en Italie ou encore en Turquie, suggèrent en effet un doublement des cas observés ces deux dernières années.