La pandémie de Covid-19, qui a démarré à la fin 2019 en Chine avant de se répandre dans le monde entier, a fait plus d'un million de morts, selon un décompte de l'Agence France Presse (AFP) établi lundi à partir de données officielles. «Un million est un nombre terrible», a déclaré dès vendredi le directeur des Situations d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Michael Ryan, estimant un doublement «très probable».

Les régions les plus touchées en nombre de décès sont l'Amérique latine et les Caraïbes (341 032 décès pour 9 190 683 cas), l'Europe (229 945 morts pour 5273 943 cas) et les Etats-Unis et le Canada (214 031 décès pour 7 258 663 cas).  Plus de 32,9 millions de cas ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont au moins 22,5 millions sont aujourd'hui considérés comme guéris. 

Les perspectives sont sombres, en effet, avec une courbe qui repart à la hausse en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, renforçant la crainte d'une seconde vague. Et ce alors que les restrictions sanitaires adoptées par les gouvernements, comme les confinements, les fermetures des bars et restaurants ou l'interdiction des rassemblements, se heurtent dans de nombreux pays au mécontentement croissant de la population.

Lire aussi: L’OFSP ajoute 15 nouveaux pays à sa liste des territoires à risque

De bons signes en Italie

Et on ne peut pas «sauver les gens aujourd'hui simplement en priant ou en travaillant sur des vaccins qui ne viendront que plus tard», a prévenu vendredi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cinq vaccins (trois occidentaux et deux chinois) sont en phase 3 de tests. Un candidat-vaccin russe, Spoutnik V, a donné des résultats préliminaires encourageants. Mais ces recherches ne peuvent pour l'instant pas prendre de vitesse le virus.

A lire également: L’Australie, la démocratie la plus sévère face au covid

L'épidémie flambe en Espagne, qui devient le deuxième pays le plus touché d'Europe. L'Italie semble montrer toutefois qu'il n'y a pas de fatalité: le nombre de contagions quotidiennes y reste depuis des semaines sous la barre des 2000. Les Italiens «ont réagi avec force et inversé la tendance», a salué vendredi l'OMS sur Twitter.