Développement

Le paradoxe de Sikasso

Un tiers des enfants est mal nourri dans la région de Sikasso, au sud du Mali. C’est le taux le plus élevé de malnutrition chronique du pays et pourtant, cette région est la plus fertile. Un projet de l’Unicef veut venir à bout de ce paradoxe

Ninmatou, 6 ans, ne sourit pas. La fillette, habillée d’une tunique indigo et d’un élégant foulard fleuri, a le regard éteint. «Il y a un mois, elle pleurait tout le temps et refusait de manger, explique son père, Zoumana Traoré. On nous a expliqué qu’elle souffrait de malnutrition parce que le tau (bouillie de maïs ou de mil) que nous mangeons chaque jour avec des feuilles vertes, n’est pas assez nourrissant. Depuis qu’on lui donne une bouillie de trois céréales, avec un légume ou du poisson, elle a repris des forces.»

Contrairement à sa forme aiguë, la malnutrition chronique n’entraîne pas la mort. Mais Ninmatou risque des séquelles à vie: une petite taille, une santé fragile et des difficultés à l’école. «Toute la force vive d’un pays est affectée, alors que la prévention est peu coûteuse», explique Alessandra Dentice, porte-parole de l’Unicef au Mali.

Avant on appelait Yorosso, «Zero-sso», parce que personne ne voulait être affecté dans cette région rurale. Maintenant, on nous cite partout en exemple!

Bernard Coulibaly, préfet adjoint de Yorosso

Yorosso comme modèle

Depuis 2014, l’agence des Nations unies pour l’enfance a développé un programme qui a fait ses preuves dans 94 villages du district de Yorosso, dans la région de Sikasso: le nombre d’enfants de moins de cinq ans mal nourris a chuté de 28% à 15% en deux ans. Dans son bureau, Bernard Coulibaly enlève sa casquette de préfet adjoint de Yorosso pour s’éponger: il n’y a pas d’air conditionné l’après-midi, à cause des coupures quotidiennes d’électricité. «Je ne peux pas allumer mon ordinateur avant 18h. C’est frustrant!», se plaint cet homme chaleureux et énergique, sans lequel le programme n’aurait pas réussi.

«Avant, on appelait Yorosso, «Zero-sso», parce que personne ne voulait être affecté dans cette région rurale. Maintenant, on nous cite partout en exemple!». Le mois dernier, Bernard Coulibaly a pris l’avion, pour la première fois, pour aller à New York où il a reçu le Prix Goalkeepers Global Goals. «J’ai vu les Obama, les Gates, plein de célébrités. Mais ce qui m’a vraiment touché, c’est quand ma voisine de table, la princesse du Danemark, a proposé de me servir. Mon repas a été servi par une princesse, vous vous rendez compte?»

Changer les pratiques alimentaires

Zandiagela, le village des Traoré, est bien loin de la frénésie new-yorkaise, avec ses cases en pisé et ses greniers décorés de lézards sculptés dans la glaise. Sur la place centrale, un grand autel en terre est réservé au culte des ancêtres. Ici, animistes, chrétiens et musulmans vivent en bonne entente, à l’abri des groupes armés islamistes qui terrorisent le nord et le centre du Mali. Des mamans, en pagne aux couleurs éclatantes, se sont assises à l’ombre de l’arbre à palabres. Elles regardent un sketch joué par des bénévoles du «groupe de soutien aux activités nutritionnelles» (GSan): une vieille dame apporte une tisane à une jeune mère, qui refuse de la donner à son bébé.

Ici, la tradition était de jeter le colostrum, le premier lait maternel, essentiel à la santé du bébé. On croyait qu’il était mauvais à cause de sa couleur jaune.

Salome Konte, agent de santé communautaire

Les GSan, formés dans chaque village, s’emploient à changer les pratiques alimentaires. «Ici, la tradition était de jeter le colostrum, le premier lait maternel, essentiel à la santé du bébé. On croyait qu’il était mauvais à cause de sa couleur jaune, explique Salome Konte, agent de santé communautaire. Dès la naissance, on donnait des tisanes à l’enfant, puis du tau quand il commence à tendre la main, à trois mois. Gavés par les grands-mères pendant que les mamans sont aux champs, les bébés ne tétaient pas assez.» Désormais, 50% des mamans de Yorosso – contre 38% en 2014 – pratiquent l’allaitement exclusif pendant six mois, recommandé par l’Unicef.

Après le sketch, les bénévoles préparent une grande marmite de bouillie «enrichie» avec plusieurs ingrédients. Mais peu de villageoises suivent la recette chez elles. «Le problème est qu’elles ne sont pas soutenues par leurs maris», confie Konte.

Moins dépendantes des maris

Dans cette région de culture du coton, les paysans ont été encouragés depuis la colonisation à vendre leurs produits. «Les paysans ne gardent pour eux que les fruits et légumes pourris ou invendables, explique le préfet adjoint. Un homme peut dépenser 100 francs pour un habit mais il n’achètera pas 2 francs de viande pour sa femme et ses enfants. C’est la recherche du gain qui a amené cette attitude.» La bonne alimentation de la nombreuse progéniture, dans les familles polygames, est négligée.

A Zandiagela, les femmes ont gagné un peu d’autonomie grâce à l’Unicef: le chef du village leur a donné 8 hectares pour faire des potagers. «Après le travail aux champs, au lieu de bavarder inutilement au village, on va cultiver nos jardins. Tout ce qu’on y plante est pour nous. On dépend moins des maris», confie Biba Coulibaly, l’une des rares bénévoles à ne pas baisser les yeux quand elle s’adresse aux hommes. Ceux-ci ont aussi été enrôlés, notamment les chefs religieux, pour lutter contre la malnutrition.

«Avant, personne ne connaissait cette maladie, explique Souaré Bioro, le guérisseur du village, coiffé d’un béret coloré. Maintenant, je dis aux mamans que je n’ai pas de remède et qu’elles doivent aller au centre de santé.» La réussite du programme s’explique par l’implication d’une multitude d’acteurs. «Les chefs de village se sont mis à élever des alevins pour empoissonner les mares et avoir plus de protéines. C’est formidable, se réjouit Bernard Coulibaly. Mais il y a encore beaucoup de travail.»

Publicité