Les plus grands dangers sont souvent invisibles. La recherche a déjà prouvé que la pollution de l’air était à l’origine de maladies cardiovasculaires et de cancers du poumon. Une étude canadienne vient de montrer qu’une exposition annuelle à 10 000 particules ultrafines par centimètre cube dans l’atmosphère provoque un risque accru de 10% d’avoir une tumeur au cerveau. Ces minuscules particules, qui ont une taille inférieure à 0,1 micromètre, sont notamment émises par les véhicules diesels.

Lire aussi:La pollution de l’air tue plus que la cigarette