Une équipe américaine a réussi à fabriquer de la peau humaine pourvue de poils à partir de cellules souches humaines pluripotentes, capables de se différencier en de nombreux types cellulaires. Publiés le 3 juin dernier dans la revue Nature, ces résultats constituent une avancée majeure pour toutes les équipes qui ambitionnent, depuis plus de quarante ans, de développer de la peau humaine dotée de toutes ses annexes (poils, glandes, nerfs) à des fins de recherche et en vue d’applications thérapeutiques.

Les chercheurs de l’hôpital pour enfants de Boston et de la Faculté de médecine d’Indiana à Indianapolis sont parvenus à créer de minuscules structures, appelées organoïdes, à l’intérieur desquelles des cellules composant la peau humaine se sont développées. Pour ce faire, ils ont utilisé des cellules pluripotentes humaines générées à partir de cellules souches embryonnaires. Les chercheurs sont partis de cellules pluripotentes qu’ils ont reprogrammées grâce à une combinaison de quatre molécules, deux pour induire la formation de cellules formant l’épiderme (couche superficielle de la peau), puis deux autres pour stimuler la production de cellules qui ont donné naissance au derme (couche profonde).