carnet noir

Le père des quarks s’en est allé

Murray Gell-Mann, le physicien qui a théorisé l’existence des quarks en 1961, s’est éteint le 24 mai à 89 ans. Retour sur la vie de cet enfant prodige de la science, Prix Nobel à 40 ans

Le père de l’une des plus belles manifestations de la puissance d’une théorie en physique est mort le 24 mai, à Santa Fe (Nouveau-Mexique), à 89 ans. Murray Gell-Mann, né le 15 septembre 1929 à New York de parents immigrés d’Europe de l’Est et appauvris par la crise, est un scientifique précoce, entré à l’Université Yale à 15 ans, docteur en physique du Massachusetts Institute of Technology à 22 ans et Prix Nobel de physique à 40.

L’œuvre de ce professeur émérite de l’Université Caltech, à Pasadena (Californie), a mis de l’ordre dans les constituants élémentaires de la matière. Dans les années 1950, les accélérateurs de particules produisent des poignées de nouveaux venus difficiles à classer avec les théories de l’époque. Le paysage s’apparente plus à une jungle qu’à un tableau, comme celui dont les chimistes se servent pour s’y retrouver dans les atomes, le tableau périodique de Mendeleïev.