Tabac et grossesse. Ces deux-là ne font décidément pas bon ménage. On le savait de longue date, mais une étude vient de montrer comment ce toxique agit sur le placenta, organe essentiel à la respiration et à la nutrition du fœtus. Selon elle, les cellules qui donneront le futur placenta conservent la mémoire d’une exposition au tabac qui a eu lieu dans les trois mois avant la conception. Une conclusion publiée le 7 octobre dans la revue BMC Medicine par une équipe Inserm-CNRS de l’Université de Grenoble-Alpes (France).

En Suisse, 6,8% des femmes enceintes entre 2011 et 2016 ont déclaré avoir fumé lors de leur dernière grossesse. Mais ce taux atteignait 12,4% chez les 18-28 ans, selon une enquête réalisée pour le compte de l’Office fédéral de la santé publique. «Fumer durant la grossesse augmente le risque de naissance prématurée. Chez les bébés nés à terme, le tabac diminue d’environ 10% le poids de naissance», relève le professeur David Baud, médecin-chef d’obstétrique du CHUV. Or ces bébés qui naissent avec un faible poids de naissance auront bien plus de risques, la soixantaine venue, de développer un diabète, une hypertension artérielle, des accidents cardiovasculaires…