Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le rover américain Deep Discoverer à une profondeur de 6000 mètres lors d'une expédition dans la fosse des Mariannes en 2016
© NOAA Office of Ocean Exploration and Research

environnement

Des polluants retrouvés au plus profond des océans

Des crustacés contaminés à haute dose par des substances d’origine industrielle ont été découverts dans la fosse des Mariannes, à plus de 10 000 mètres de fond. Une nouvelle illustration de l’empreinte de l’homme sur la planète

Avec des profondeurs pouvant dépasser les 10 000 mètres, les fosses océaniques font partie des milieux les plus inaccessibles de notre planète. On pourrait donc les croire à l’abri des perturbations venues de la surface. Las, les organismes qui y vivent sont eux aussi victimes de la pollution, comme le révèle une nouvelle étude publiée dans la revue «Nature ecology & evolution». Des petits crustacés prélevés dans la fosse des Mariannes présentent des concentrations étonnement élevées en PCB, des polluants industriels très toxiques. Une observation qui souligne l’étendue de l’impact humain sur l’environnement.

Située au-delà de la zone abyssale, la zone océanique dite hadale (du nom de Hadès, le dieu grec des enfers) comprend des fosses plongeant au-delà des 6000 mètres de fond. La plus profonde d’entre elles est la fosse des Mariannes, dans l’ouest du Pacifique: elle atteint près de 11 000 mètres. Longtemps méconnus, ces milieux ont commencé à être explorés il y a quelques décennies, avec l’arrivée de submersibles plus perfectionnés. La fosse des Mariannes a ainsi été visitée pour la première fois en 1960 par le Suisse Jacques Piccard et l’Américain Don Walsh à bord du bathyscaphe Trieste. Les explorateurs se sont rendu compte que ces fosses abritent une étonnante biodiversité, et cela en dépit de conditions de vie particulièrement rudes, avec une température oscillant autour de 1°C et une pression 1000 fois plus importante qu’à la surface.

Lire aussi: Plonger au plus profond des mers

Pour la nouvelle étude, des chercheurs de l’Université écossaise d’Aberdeen ont envoyé des robots pilotés depuis la surface dans deux fosses océaniques: celle des Mariannes et celle de Kermadec, dans le sud du Pacifique. A l’aide d’appâts, ils ont attrapé et remonté à la surface des minuscules crustacés appelés amphipodes. Des analyses ont révélé que ces organismes étaient largement contaminés par des substances produites à des milliers de kilomètres de là: des PCB (ou polychlorobiphényles) et des PBDE (ou polybromodiphényléthers). Les niveaux de pollution enregistrés étaient impressionnants. «Le seul endroit du Pacifique du Nord ouest ayant des valeurs comparables à la fosse des Mariannes est la baie de Suruga au Japon, une zone très industrialisée avec historiquement un lourd usage de produits chimiques», soulignent les auteurs.

Stables dans le temps et capables de voyager

«C’est une triste découverte, malheureusement pas vraiment surprenante, réagit Marie-Anne Cambon-Bonavita, spécialiste des grandes profondeurs à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Les polluants du type PCB se fixent sur les sédiments; par conséquent il est logique qu’ils se déposent dans les profondeurs et s’y accumulent progressivement.»

La Suisse n’est pas épargnée par cette pollution. Au-delà d’une certaine taille, les truites du lac Léman sont jugées impropres à la consommation.

Les scientifiques n’ont pas recherché PCB et PBDE par hasard: ces produits utilisés comme retardateurs de flammes dans divers textiles et autres objets d’équipement sont des polluants organiques persistants (POP). Non contents d’êtres toxiques, ils sont aussi très stables dans le temps et capables de voyager sur de longues distances. «Bien que les PCB soient interdits depuis les années 1970 et la majorité des PBDE depuis les années 2000, ces polluants sont encore très présents dans l’environnement. Ils s’accumulent dans certaines régions du monde, notamment aux pôles, au gré des courants océaniques et atmosphériques. La Suisse n’est pas épargnée par cette pollution. Au-delà d’une certaine taille, les truites du lac Léman sont jugées impropres à la consommation car elles contiennent de trop grandes quantités de PCB. On en trouve aussi des traces dans le lait maternel», relate Nathalie Chèvre, écotoxicologue à l’Université de Lausanne.

Lire aussi: Moins de poison dans le lait maternel

Les PCB et PBDE constituent de vastes familles comprenant plusieurs centaines de substances différentes, qui ont à la fois un effet cancérigène et de perturbateur endocrinien. «Ces polluants s’accumulant dans la graisse, ce sont les animaux placés au sommet de la chaîne alimentaire qui souffrent le plus de leurs effets, avec des troubles de la croissance ou de la reproduction mis en évidence chez certains poissons et mammifères marins», souligne Nathalie Chèvre. De tels problèmes pourraient donc aussi concerner des espèces des grandes profondeurs, qu’on pensait jusque-là épargnées.

Réglementer la fabrication des polluants

«La découverte de cette pollution à grande profondeur devrait mener à une prise de conscience et nous inciter à agir», estime Marie-Anne Cambon-Bonavita. En effet, la problématique des polluants organiques persistants est loin d’être résolue. De nouveaux types de retardateurs de flammes dits organophosphorés, dont certains ont une dangerosité avérée, sont désormais utilisés en substitution aux PBDE. Sise à Genève, la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants vise à réglementer la fabrication et le commerce de ces substances. La prochaine réunion des parties prenantes aura lieu au printemps prochain et pourrait aboutir à l’élimination de nouveaux types de polluants.

Lire aussi:  Mieux contrôler les produits toxiques

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST