Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sous un drapeau pirate remanié au nom de l’association, les bénévoles de Sea Shepherd font appliquer les lois de protection de la nature en privilégiant l’intervention directe.
© (CC Mi-Coton/Roméo)

Conservation

Première campagne en eaux douces pour les activistes de l’association Sea Shepherd

Partisans de l’intervention directe, des bénévoles de Sea Shepherd vont participer activement à la protection des oiseaux d’eau du lac Léman en venant en aide au centre ornithologique de réadaptation genevois

Pour la première fois de son histoire, l’organisation de protection des océans Sea Shepherd s’engage pour la protection de la faune des eaux douces. Avec sa campagne Lac Léman, la section suisse romande de l’association s’implique dans les activités du Centre ornithologique de réadaptation genevois (COR).

Sea Shepherd (berger de la mer en anglais) se revendique comme étant une association unique en son genre. Activiste, elle fait appliquer les lois de protection de la nature en privilégiant l’intervention directe. Sous un drapeau pirate remanié au nom de l’association, des bénévoles confisquent des filets dérivants (non autorisés), coulent à quai des baleiniers illégaux et sauvent des animaux marins.

«En Suisse, nous nous concentrons sur les lacs et les rivières, explique Rahim Humbert-Droz, coordinateur de la section Suisse Romande. Les 10 et 11 septembre, nous lancerons officiellement la campagne Lac Léman, en collaboration avec le COR.» Expositions, ateliers pour enfants ou projection d’un film sont notamment au programme.

Depuis 41 ans, la station de soin COR basée à Genthod recueille tant bien que mal les oiseaux blessés grâce à la bonne volonté de bénévoles. Mais le centre souffre d’un manque de moyens et de main-d’œuvre. «Nous pouvons recevoir jusqu’à 600 appels par jour durant les périodes de nidification», indique Patrick Jacot, fondateur du COR. Il peut s’agir d’annonces concernant des oiseaux blessés ou simplement dérangeants.

En effet, faute de mieux, les oiseaux d’eau douce ont tendance à faire leur nid dans les moteurs et autour de bateaux. Dans ces cas-là, le propriétaire de l’embarcation rentre en conflit avec le volatile. De fait, il est interdit de déranger les oiseaux durant la couvaison, au regard de l’article 17B de la loi sur la chasse.

L’association s’applique donc à parlementer avec les propriétaires de bateaux concernés, s’efforçant d’empêcher une violation de la loi. Dans le cas contraire, elle doit faire des dénonciations qui aboutissent à l’attribution d’amendes.

Avides d’action, les bénévoles de Sea Shepherd s’engagent à participer aux actions du centre. Ils vont notamment naviguer dans les ports genevois pour identifier les zones de nidification où de la sensibilisation aux propriétaires de bateaux est nécessaire, ainsi que construire et placer des plateformes flottantes destinées à accueillir les nidifiants.

Par ailleurs, les actions habituelles de nettoyage du lac et des stands d’information dans les manifestations de toute la Romandie vont continuer.


Lire aussi: 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST