Ce sont deux chasseurs qui, séparément, ont aperçu de leurs propres yeux trois louveteaux, a indiqué jeudi Hannes Jenny, biologiste de la faune sauvage à l’office grison de la chasse. Un troisième chasseur a réussi à prendre une photo d’un petit loup grâce au piège photographique qu’il avait installé afin de pouvoir confirmer l’observation peu sûre qu’il avait faite.

«Il s’agit des premiers loups nés en Suisse depuis l’extermination de l’espèce il y a 150 ans», se réjouit Hannes Jenny. Les Alpes offrent désormais au loup la qualité de vie nécessaire pour se reproduire, constate-t-il.

Couple déjà aperçu en 2011

Les louveteaux aperçus appartiennent à un couple de loups qui vit depuis longtemps dans le Calanda. Les deux canidés adultes ont été vus pour la première fois dans les Grisons en novembre dernier, sans que l’on sache s’il s’agissait de deux mâles ou d’un mâle et d’une femelle.

On ignore le nombre exact de rejetons. Une portée de loups compte en moyenne quatre à six petits. Tous ne survivent toutefois pas dans la plupart des cas.

En règle générale, les jeunes loups quittent leur meute volontairement à l’âge d’un an et demi. Ce scénario ne se produira cependant pas forcément dans le cas d’une si petite famille, selon Hannes Jenny.

Aucun danger pour l’homme

Les randonneurs cheminant dans le Calanda n’ont rien à craindre. Les loups évitent en général les humains, explique le biologiste.

Pro Natura appelle les éleveurs à protéger leur bétail de manière efficace. Lorsque c’est le cas, les loups préfèrent en général se nourrir de gibier, souligne l’organisation écologiste qui se réjouit qu’une petite meute ait pu s’établir en Suisse. Et de rappeler que les offices fédéraux de l’environnement et de l’agriculture soutiennent la protection des troupeaux.

Depuis le retour des loups en Suisse, huit d’entre eux ont été abattus légalement après avoir attaqué du bétail à plusieurs reprises. Un autre a été abattu illégalement en Valais sur ordre des autorités cantonales.

Les Grisons recensent environ une demi-douzaine de loups, sans compter les petits. Il n’existe aucune statistique précise en la matière en raison des déplacements constants de ces animaux à l’intérieur du canton ou d’un canton à l’autre.