Avec «Tête chercheuse», Le Temps donne la parole aux scientifiques de Suisse romande, pour comprendre ce qui les occupe, les inspire, les fascine et les mobilise dans leurs recherches.

Retrouvez précédentes têtes chercheuses dans notre dossier.

Quand j’étais enfant, je rêvais de…

Vivre au milieu des singes et de les comprendre! J’ai grandi dans la campagne genevoise, à Laconnex, et passé beaucoup de temps à jouer dehors dans la nature, y compris pendant mes vacances dans le chalet familial, situé dans les Alpes vaudoises. Ma première présentation à l’école primaire portait déjà sur des singes africains, les colobes guéréza. J’ai eu la chance de découvrir des premiers singes sauvages à l’âge de 13 ans lors d’un séjour au Japon, c’était un groupe de macaques japonais. Cette rencontre avec des primates dans leur environnement naturel m’a marquée. Juste après ma maturité, j’ai filé faire du volontariat à Bornéo pour un projet de recherche sur les orangs-outans et cette expérience m’a confirmé que le métier dont je rêvais était primatologue!