écologie

Près de 50% des écosystèmes d’eau douce en Europe menacés par la pollution

L’analyse de données provenant de milliers de sites en Europe a révélé que la moitié des cours d’eau et rivières présentent des risques de pollution par des substances chimiques menaçant la biodiversité

Près de la moitié des rivières et autres cours d’eau en Europe continentale sont menacés par des polluants chimiques comme des pesticides et d’autres substances industrielles, selon une étude publiée lundi dans la revue PNAS.

Cette recherche se base sur une analyse des données des services gouvernementaux de surveillance provenant de 4000 sites en Union européenne, précisent les chercheurs.

Ils soulignent que les risques réels sont «probablement sous-évalués» étant donné les limitations des programmes de surveillances des agences gouvernementales dans les différents pays.

«La majorité des cours d’eau et rivières sont écologiquement affectés ou menacés d’une très grande perte de biodiversité», mettent en garde les auteurs dont Egina Malaj, du Centre Helmholtz de recherche environnementale à Leipzig en Allemagne.

Ces chercheurs ont conclu que les pesticides, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les ignifuges à base de brome, les antisalissure dans les peintures ainsi que les tributylétain, des pesticides de protection du bois, sont les substances chimiques présentant le risque le plus élevé pour ces écosystèmes aquatiques parmi les 223 substances étudiées dans les 4000 sites de l’étude.

Les auteurs ont déterminé que ces produits chimiques ont été probablement fatals pour les différents organismes de ces rivières et autres cours d’eau dans 14% des sites contrôlés et provoqué des effets néfastes chroniques dans 42% de ces derniers.

An niveau régional, les bassins fluviaux du nord de l’Europe plus industrialisés présentent un risque de pollution chimique nettement plus élevé que dans le sud du continent.

Ces résultats plaident pour des mesures de protection environnementale étendues afin de minimiser cette pollution par des substances chimiques organiques, jugent les chercheurs.

Publicité