Sur le site archéologique de Beisamoun, situé dans la haute vallée du Jourdain (Israël), une équipe multidisciplinaire menée par Fanny Bocquentin, archéo-anthropologue au CNRS, a découvert une tombe-bûcher abritant le corps d’un jeune adulte. Datée d’il y a environ 9000 ans, il s’agit de la plus ancienne trace d’une crémation dans la région du Proche-Orient. Cette découverte, qui a eu lieu lors d’une campagne de fouilles qui s’est déroulée entre 2007 et 2016, vient de faire l’objet d’une publication dans la revue en ligne Plos One.

Si les 355 fragments d’os trouvés sur place ne permettent pas de déterminer le genre de la personne dont les restes ont été retrouvés, ils ont en revanche permis de déterminer que le corps de cette dernière avait été brûlé. Une pratique en rupture avec les rites funéraires des populations de la région à cette époque.