Biomédecine

Essai prometteur d’un vaccin contre le cancer qualifié d'«universel»

Des chercheurs allemands ont utilisé des nanoparticules de graisse portant des bribes génétiques de cellules cancéreuses pour stimuler contre elles le système immunitaire

Cette avancée peut être vue comme «une nouvelle classe de vaccins applicable de manière universelle pour l’immunothérapie contre le cancer»! C’est ainsi que s’achève un article de scientifiques allemands publié ce 2 juin dans la revue Nature. Une percée à relativiser tant elle n’a été vérifiée jusque-là que sur un très petit nombre de patients, qui plus est avec des observations non absolument conclusives. Mais des travaux de recherches fondamentales qui sont qualifiés de prometteurs par les experts. Cette technologie «va booster fortement le domaine», commentent Jolanda de Vries et Carl Figdor aussi dans Nature, mais sans avoir participé à l’étude.

Le champ d’action dont parlent ces deux immunologues de l’Université Radboud aux Pays-Bas est l’immunothérapie. L’idée est simple: stimuler le système immunitaire d’une personne atteinte d’un cancer pour entraîner ce dernier à reconnaître ses cellules tumorales, ceci à l’aide d’un vaccin, c’est-à-dire un vecteur simulant l’infection.

Plus simple à postuler qu’à concrétiser avec le cancer car, à l’inverse d’un virus vite reconnu par l’organisme, les cellules cancéreuses ressemblent à maints égards à des cellules normales: le système immunitaire ne va ainsi pas spontanément les attaquer. De plus, le développement du cancer ne s’accompagne pas d’une réponse inflammatoire (et des signaux d’alarme biochimiques qui vont avec) comme dans le cas d’une invasion microbienne. Si bien que le «crabe» peut coévoluer pendant des années avec la personne qui le porte en elle.

Voie inédite testée

Les oncologues tentent donc, autant in vivo qu’ex-vivo, dans des boîtes de Petri en laboratoire, de développer des tactiques pour déclencher contre les cellules cancéreuses une réponse des «gardiens de l’organisme», les lymphocytes T notamment. Ceci avec des succès variables.

Ugur Sahin et ses collègues de l’Université Johannes Gutenberg de Mainz ont emprunté une voie inédite: ils ont produit des nanoparticules de graisse dans lesquelles ils ont introduit des bribes génétiques de cellules cancéreuses (des morceaux bien distinctifs de leur ARN). Puis, ils les ont injectés dans le système sanguin de souris dans un premier temps. Ces intrus ont été immédiatement repérés par les lymphocytes T, qui ont aussi remarqué la signature cancéreuse qu’ils portaient. Ainsi «renseignées», ces cellules immunitaires se sont alors attaquées avec succès aux tumeurs qui rongeaient les rongeurs.

Les chercheurs ont ensuite répété l’expérience sur trois patients souffrant de trois types de cancer différents, à des stades divers. Ils leur ont injecté leurs nanoparticules par voie intraveineuse – un avantage par rapport aux lourdes chimiothérapies.

Ils ont observé des réponses immunitaires similaires et positives, mais sans pouvoir dire vraiment si leur cancer avait disparu. Chez un patient une tumeur suspectée sur un nodule lymphatique s’est amoindrie. Un second, à qui les tumeurs avaient été extraites chirurgicalement, était exempt de toute trace de cancer sept mois après la vaccination. Chez le troisième patient, les tumeurs, partie de la peau, s’étaient répandues dans les poumons: ces tumeurs sont restées «cliniquement stables», indique l’article des chercheurs.

Autres études nécessaires

«Nous en sommes au début, des essais plus larges et réalisés en 'double aveugle' sont nécessaires pour valider cette découverte», commentent Jolanda de Vries et Carl Figdor, avant de conclure: «Les résultats de ces études cliniques à venir seront d’un très grand intérêt.»


Lire aussi:

Publicité