Cette semaine marque enfin le retour du soleil et des températures estivales. Aurons-nous bientôt une canicule? Les fortes précipitations de ces dernières semaines nous en mettent plutôt à l’abri, analyse Lionel Peyraud, prévisionniste chez MétéoSuisse.

Le Temps: Quel sera l’impact des intempéries récentes sur la météo en Suisse?

Lionel Peyraud: Les fortes précipitations que nous venons de subir diminuent tout d’abord le risque d’incendies. Au cours des étés passés, ce risque avait atteint un niveau critique, du fait de la chaleur et de la sécheresse. Cette année, il ne devrait pas être nécessaire d’établir de restrictions à l’usage de feux d’artifice pour le 1er Août. Par ailleurs, la grande quantité d’eau accumulée dans les sols a le pouvoir de tempérer l’arrivée d’une future canicule. En effet, même si une zone de hautes pressions s’installe, une partie des rayons du soleil va d’abord évaporer l’eau présente dans le sol, avant de chauffer ce dernier. On atteindra donc des températures moins élevées que celles qu’on aurait enregistrées dans des conditions sèches. C’est un phénomène qu’on observe souvent au début de l’été: si le printemps a été pluvieux, alors le début d’été est moins chaud que si le printemps avait été sec.

Lire aussi: Les pluies extrêmes se multiplient dans un monde qui se réchauffe

L’humidité aura aussi un effet de «lissage» sur la différence de températures entre le jour et la nuit.

Oui. L’eau en réservoir dans le sol va progressivement être absorbée par les plantes, qui vont la relâcher dans l’air, via le processus d’évapotranspiration. L’air proche du sol sera humide et va absorber la chaleur. Les nuits seront par conséquent moins froides et les journées moins chaudes que ce qu’elles auraient été en l’absence de cette humidité. C’est l’inverse de ce qui se produit dans les conditions sèches des déserts, où les températures sont hautes le jour et basses la nuit.

Durant combien de temps ces conditions nous protégeront-elles contre une canicule?

Cette semaine, nous aurons un temps ensoleillé avec une augmentation des températures. Un pic supérieur à 30 °C est attendu vendredi, avant l’arrivée d’une nouvelle dégradation pluvio-orageuse, qui devrait se poursuivre jusqu’à mercredi prochain. Au-delà de cette date, les prévisions sont moins précises. L’effet «tampon» de l’humidité du sol sur l’accroissement des températures va se poursuivre pendant plusieurs semaines, ce qui est plutôt défavorable à la survenue d’une canicule. Mais ce n’est pas le seul critère qui entre en ligne de compte. Si au cours du mois d’août une crête de haute pression [synonyme de temps ensoleillé, ndlr] s’installe durablement au-dessus de la Suisse, alors les températures vont augmenter. En ce début d’été, nous avons été dans une situation de blocage, avec un anticyclone qui restait au niveau des Açores sans s’étendre à l’Europe de l’Ouest, ce qui a laissé la voie ouverte aux perturbations. Mais cette situation pourrait évoluer. Il est encore trop tôt pour dire si nous aurons un été globalement mitigé, ou si le mois d’août sera beaucoup plus beau et chaud que juillet.

Lire aussi: Yverdon sort du déluge et prévoit le suivant