Le nombre des nouveaux décès dus au coronavirus dans les dernières 24 heures en Chine continentale a été de 121, en forte baisse par rapport à la veille. Le nombre total des morts atteint 1380.

La commission de la santé du Hubei avait fait état dans son bulletin quotidien de jeudi de 242 nouveaux décès et de 14 800 nouveaux cas. Elle avait attribué ces fortes hausses à une modification du mode de détection. Le bulletin national de vendredi annonce aussi 5090 nouveaux cas. Au total, plus de 63 851 personnes ont été contaminées dans le pays.

Lire aussi: Coronavirus: le bilan des morts en hausse en Chine après une modification du mode de détection

Des responsables de la santé à Hubei ont indiqué avoir commencé à compter les cas diagnostiqués cliniquement pour s'assurer que les patients soient traités le plus tôt possible plutôt que de devoir attendre les tests de laboratoire pour confirmer qu'ils sont atteints de la maladie Covid-19. Ce changement fait craindre que la crise ne soit plus grave que ce que les autorités chinoises ont indiqué.

Dorénavant, les malades de la province diagnostiqués cliniquement sont aussi comptabilisés. En clair, des patients suspects ayant subi une simple radio pulmonaire peuvent désormais être considérés comme des malades confirmés. Jusqu'à présent, un test d'acide nucléique était indispensable.

Un enfant mis en quarantaine

En dehors de la Chine continentale, le virus Covid-19, qui est apparu en décembre, a entraîné la mort de deux personnes, une aux Philippines et une autre à Hongkong, et plus de 400 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires. Il a notamment affecté 35 personnes dans sept pays de l'Union européenne. Il n'a pas fait de mort pour le moment sur le Vieux continent.

Voir la carte: L’expansion du coronavirus dans le monde

En Suisse, le médecin cantonal neuchâtelois a décidé mardi de mettre en quarantaine un enfant de dix ans qui était entré en contact la semaine dernière avec un cas confirmé de maladie à coronavirus en Haute-Savoie. Le garçon restera à son domicile et son état sera vérifié chaque jour par une infirmière.

Les centaines de passagers d'un navire de croisière américain, interdit dans cinq ports asiatiques par crainte du nouveau coronavirus, ont commencé à débarquer vendredi au Cambodge après plus de 10 jours d'errance en mer, ont constaté des journalistes de l'Agence France-Presse (AFP). Les premiers ont été accueillis dans la matinée à Sihanoukville (sud) par le premier ministre cambodgien Hun Sen qui leur a offert des fleurs en signe de bienvenue.

Le Cambodge a donné l'autorisation au paquebot d'accoster car «nous accordons plus d'attention aux droits de l'Homme» que d'autres pays, a déclaré l'homme fort du royaume, régulièrement pointé du doigt par les observateurs internationaux en matière de liberté d'expression ou de liberté de la presse. Aucun cas de nouveau coronavirus n'a été identifié et tous les 1 455 touristes à bord du Westerdam.

4 à 5 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes

L'épidémie du nouveau coronavirus a entraîné une «réduction potentielle de 4 à 5 milliards de dollars» (3,7 à 4,6 milliards d'euros) de revenus pour les compagnies aériennes du monde entier a annoncé jeudi l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) dans un communiqué. Elle rapporte que «70 compagnies aériennes ont annulé tous les vols internationaux à destination et en provenance de Chine» et «50 autres compagnies aériennes ont réduit leurs activités aériennes».

En conséquence, cela a entraîné une «réduction de 80% de la capacité aérienne étrangère pour les voyageurs à destination et en provenance de Chine et une réduction de 40% de la capacité aérienne des compagnies aériennes chinoises», selon des estimations préliminaires de l'organisation.

Le premier trimestre de 2020 a connu une «réduction de 39% à 41% de la capacité des passagers, soit une réduction de 16,4 à 19,6 millions de passagers, par rapport aux prévisions des compagnies aériennes». En outre, l'organisation souligne que les conséquences de l'épidémie du virus devraient être »plus importantes que celles causées par l'épidémie de SRAS en 2003».