Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

L’élément chimique du jour

Radium, à l’heure lumineuse et radioactive

A l’occasion de l’Année internationale de la chimie 2011, «Le Temps» présente chaque jour, avec l’aide du chimiste Didier Perret de l’Université de Genève, l’un des éléments du tableau de Mendeleïev.

Lire l’heure en fin de nuit sur sa montre est possible grâce au radium. Longtemps utilisé en raison de sa radioactivité dans les thérapies anti-cancer, le radium, découvert par Pierre et Marie Curie en 1898, est surtout connu grâce aux aiguilles de montre qui sont luminescentes la nuit. Celles-ci étaient recouvertes de peinture de sulfure de zinc (ZnS), naturellement phosphorescent. Mais l’intensité lumineuse de cette couche décroît rapidement lorsque la source d’excitation (la lumière du jour) disparaît. D’où l’idée d’y ajouter du radium qui, grâce à sa radioactivité, excite en permanence le sulfure de zinc et lui permet de luire.

Dès le début du XXe siècle, l’entreprise Radium Luminous Material Corp. produisit les montres de l’armée américaine. A l’usine, la peinture au radium était appliquée sur les aiguilles par des femmes au moyen de fins pinceaux dont elles affinaient sans cesse la pointe entre leurs lèvres! A tel point que ces employées, surnommées «Radium girls», après des pertes de dents et de cheveux ou un pourrissement de la mâchoire, sont décédées en nombre d’avoir ingéré cet élément radioactif à la brillance quasi «magique», dont le nom a été utilisé à toutes les sauces pour promouvoir divers produits qui n’en contenaient pourtant pas… Il fallut des années pour que la responsabilité de l’entreprise soit avérée. Mais, grâce à ce drame, les lois du travail furent sérieusement revues aux Etats-Unis.

Pour l’Année internationale de la chimie 2011, Le Temps présente chaque jour, avec l’aide du chimiste Didier Perret de l’Uni de Genève, l’un des éléments du tableau de Mendeleïev.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST