C’était un mauvais cru, personne ne le contestera: les vents n’étaient pas au rendez-vous sur le continent européen l’an dernier. Ainsi, chez les leaders du domaine, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Danemark, au dernier trimestre — en principe venté —, les moulins à vent n’ont tourné qu’à environ 14% de leur capacité installée, contre 20% à 26% les années précédentes. En Suisse, la production éolienne a faiblement baissé, explique Lionel Perret, directeur de l’organisation Suisse Eole: «Notre pays est intéressant car, avec sept régimes de vent différents, il est situé à un carrefour. S’il n’y a pas de vent dans le Jura, il peut y en avoir ailleurs.»