Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d'illustration.
© Peter Glass

pollution

Les repas à emporter, un fléau pour l’environnement

De plus en plus populaires, les take-away et autres snacks engendrent quantité de déchets, qui sont bien souvent abandonnés sur la voie publique. Des villes romandes s’engagent pour se débarrasser de ces rebuts ou en limiter la production

La restauration à emporter fait de plus en plus d’adeptes. Food trucks, fast-foods et autres snacks proposent des solutions rapides et pratiques pour les personnes en quête d’un repas pris sur le pouce. Selon GastroSuisse, la plus grande association patronale de l’hôtellerie-restauration du pays, les établissements offrant des plats à emporter occupent la deuxième place sur le marché de la restauration en Suisse avec une part de marché de 16%. 

Malheureusement, ce mode d’alimentation engendre quantité de déchets, comme des emballages plastiques, serviettes en papier et autres gobelets à utilisation unique. Une problématique non anodine puisqu’une grande partie de ces produits sont fabriqués à partir de matières non renouvelables et difficilement recyclables, notamment les récipients souillés par les aliments. Sans compter qu’ils sont la source majeure du littering urbain, ou abandon de déchets sur la voie publique, bien avant les journaux et les mégots de cigarettes. Pour les éliminer, les communes suisses dépensent chaque année près de 200 millions de francs. Les emballages de repas et de boissons et aux autres accessoires de restauration à emporter causent à eux seuls plus de la moitié de ces coûts, indique une étude de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) réalisée en 2010.

Lire aussi:  Les villes suisses prennent des mesures pour garder leurs rues propres

Poubelles débordées

Paresse, ignorance ou négligence, les causes du littering sont multiples. «Généralement, il s’agit d’un acte passif dû à un oubli ou un accident», affirme Yves François, psychologue et cofondateur d’Axess Lab, une agence spécialisée dans les sciences du comportement. «La plupart du temps, les intentions des consommateurs sont bonnes.» Les poubelles publiques sont par exemple très rapidement débordées par les emballages volumineux. Dans ces cas-là, on aura tendance à déposer ses déchets à côté de la poubelle. Le vent ou des oiseaux peuvent aussi les éparpiller. «L’environnement influence notre comportement. Selon «l’effet carreau cassé», une incivilité en entraîne une autre. On aura beaucoup moins de scrupules à abandonner ses détritus dans un lieu déjà dégradé par le littering», continue le spécialiste.

Nombreuses sont les personnes souhaitant diminuer les emballages à usage unique, mais qui n'osent pas demander aux restaurateurs de remplir leur propre boîte. Ce n'est pas encore dans les habitudes

Silli Mona, déléguée à l'Agenda 21 de la ville d'Yverdon-les-Bains

Municipalités, consommateurs et vendeurs se mobilisent et multiplient les actions pour réduire ces déchets. A Lausanne par exemple, «le littering représente 1720 tonnes de déchets annuels. Une importante campagne de communication sur la problématique a débuté en avril dernier», annonce Stéphane Beaudinot, chef du service de propreté urbaine de la ville. Il y a deux semaines, la ville a organisé son premier «plogging», une action de ramassage des déchets issus de la voie publique combinée à une pratique sportive. «Une action qui a rencontré un vif succès», précise-t-il. 

Lire aussi:  Emballages: «Il n’existe pas encore de matière miracle»

La ville d’Yverdon-les-Bains lançait en août dernier une action de sensibilisation pour diminuer spécifiquement les déchets des plats à emporter. «Nombreuses sont les personnes souhaitant diminuer les emballages à usage unique, mais qui n’osent pas demander aux restaurateurs de remplir leur propre boîte. Ce n’est pas encore dans les habitudes», explique Silli Mona, déléguée à l’Agenda 21 de la commune, un programme qui vise à concrétiser le développement durable. «Le but de l’action était de faciliter ce passage à l’acte pour éviter un gaspillage de ressources.»

Oser le réutilisable

Ainsi, les restaurateurs de la commune ont été invités à accepter de remplir les contenants réutilisables apportés par leurs clients, tupperware, bento ou encore bocal en verre, et inciter ceux-ci à le faire. Ils peuvent également en proposer, à l’instar de ReCIRCLE, un système innovant de boîtes et verres réutilisables consignés, fonctionnant à l’échelle nationale. Plus de 460 points de vente de nourriture à emporter font aujourd’hui partie du réseau et acceptent de remplir les contenants de leurs clients. Plus récemment, les villes de Vevey et de Nyon notamment se sont également intéressées à ce système.

«Dans les festivals, les verres en plastique consignés sont devenus la norme», rappelle Jeanette Morath, fondatrice du réseau ReCIRCLE. «Pourquoi ne pas faire de même avec les contenants alimentaires? Il suffit d’utiliser un contenant réutilisable une ou deux fois pour se rendre compte que c’est un moyen facile et efficace pour réduire la quantité de déchets. En tant que consommateur, on peut vraiment faire changer les choses.»

A découvrir, notre long format: Homo Plasticus, l’humanité face au plastique qui l’étouffe


Retrouvez notre page dédiée aux enjeux de l'écologie.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST