Nous avons tous fait cette expérience: quand nous devons accomplir une tâche simple, répétitive, ennuyeuse, notre esprit se met à vagabonder. Il erre d’une pensée à l’autre. Ce vagabondage de l’esprit est aussi nommé «rêverie éveillée». Parfois même, nous ne pensons à rien. Les experts parlent alors de «blanc de l’esprit» ou d’absence. Dans les deux cas, il s’agit d’un défaut d’attention.

«Comment expliquer ces dérives de notre pensée?» s’est interrogé Thomas Andrillon, premier auteur d’une étude publiée le 29 juin dans la revue Nature Communications, et réalisée à l’Université Monash de Melbourne (Australie). Ce questionnement faisait écho à une mésaventure personnelle: «Après ma thèse, j’ai entrepris un long périple en voiture avec ma femme. Nous avons eu un accident, sans gravité, alors que j’étais au volant et que je pensais à autre chose.» Ainsi donc, le contrôle de notre attention nous échappe parfois. Pour quelle raison?