Les salles de fitness et autres infrastructures sportives ont dû, comme la plupart des activités non essentielles, cesser leur activité lors du confinement dû à l’épidémie de Covid-19. Alors que les pratiquants suisses reprennent timidement le chemin des vestiaires, les scientifiques s’interrogent sur le potentiel de ces lieux s’agissant de la transmission du virus responsable de la maladie. Sont-ils, comme les abattoirs ou les rassemblements religieux, de possibles nids à coronavirus, propices à raviver les transmissions virales dans des clusters de nouveaux cas? Les études divergent.

Lire aussi: Chœurs, abattoirs, lieux de culte… attention aux nids à coronavirus