En septembre, les jeunes ourses Berna et Ursina du Parc des ours de Berne partiront pour Zarnesti en Roumanie. Le sanctuaire de la Fondation Cristina Lapis (une amie de Brigitte Bardot) les y accueillera. «Cette solution me rend fou de joie», jubile Bernd Schildger, directeur du Parc des ours de Berne.

En Roumanie, de nombreux ours végètent pourtant dans des cages étroites. «C’est justement à cause de cette situation qu’un sanctuaire offrant des standards non atteints jusqu’à présent dans la garde des ours en Europe y a été construit!» contre Bernd Schildger. Ce que confirme Mark Rissi, qui classifie le parc d’«idyllique pour les ours». L’ancien porte-parole de la Protection suisse des animaux est président d’une fondation qui dirige deux sanctuaires similaires en Allemagne. Il était aussi conseiller de la Société mondiale pour la protection des animaux quand celle-ci a conduit, en 2005, la construction du parc de Zarnesti – le plus grand d’Europe avec ses 80 hectares.

Soutien bernois garanti

En ce moment, 56 plantigrades y vivent; auparavant, ils étaient mal tenus dans des parcs, cirques ou cages de restaurant en Roumanie. «Que Berna et Ursina aient trouvé une bonne place à Zarnesti permettra aussi de sauver encore plus de ces ours maltraités», note Bernd Schildger; la Fondation du Parc des ours de Berne garantit un soutien de 20 000 francs par an au sanctuaire.

«Les enclos ont été construits de sorte à pouvoir être agrandi, dès que de l’argent est à disposition», explique Marc Rosset. Le curateur du Parc des ours de Berne est lui-même allé sur place: «Le parc est situé dans une forêt de chênes et de charmes idéale pour les plantigrades.» Les conditions offertes l’ont entièrement convaincu: chaque enclos comprend un étang et est surveillé par caméra. Un vétérinaire est toujours disponible. Berna et Ursina pourront y folâtrer dans un domaine de sept hectares, en compagnies de congénères de leur âge.