La découverte a été fortuite. Meredith Root-Bernstein, biologiste à l’Université de Paris-Saclay, se promenait à la ménagerie du Jardin des plantes de Paris lorsqu’elle a observé pour la première fois un sanglier des Visayas prendre un morceau d’écorce avec sa bouche et l’utiliser pour creuser le sol.