Depuis hier jeudi et jusqu’au dimanche 16 novembre se tient au SwissTech Convention Center de l’EPF de Lausanne, un nouveau salon, nommé Planète Santé Live. Organisé par l’entreprise Médecine&Hygiène, qui publie un magazine du même nom ainsi qu’une série de petits livres destinés à répondre aux questions des gens sur leur santé, ce nouveau rendez-vous propose des dizaines de conférences grand public données par des spécialistes de la santé de différents domaines, des visites de stands, des expérimentations et ateliers, pour petits et grands, et moult rencontres. Les explications de Bertrand Kiefer, directeur de Médecine&Hygiène.

Le Temps: Dans un secteur de l’événementiel déjà chargé, quel est l’objectif distinctif du salon Planète Santé Live sur la santé et la médecine?

Bertrand Kiefer: Nous avons voulu créer un salon très interactif, proposant de nombreuses expériences et tests pratiques. De plus en plus, les gens puisent leur information en santé sur Internet. Mais ce qui en résulte, c’est un savoir théorique, presque virtuel. Et surtout peu fiable. A l’inverse, et de manière complémentaire, ce salon offre des connaissances pratiques et transmises directement par des professionnels de la santé.

- Les citoyens sont toujours plus appelés à devenir les propres acteurs des décisions médicales les concernant, et plus uniquement des personnes passives devant concrétiser ces dernières. Est-ce l’idée derrière ce salon ?

- Oui: c’est à un important virage qu’on assiste. La médecine ne peut plus se passer de la collaboration de chacun. Impossible de faire de la prévention ou d’instaurer un traitement complexe si le patient n’est pas un co-thérapeute. Ce qui suppose de lui transmettre un savoir, mais aussi des compétences et une capacité de penser qui lui permettent de faire des choix, d’exercer un esprit critique.

- Quels éléments donner aux citoyens pour qu’ils jouent pleinement jouer ce rôle ?

- Tout dépend de leur âge. Aux enfants, le salon propose quantité d’activités pour comprendre leur corps, ce qu’est la maladie, pourquoi on les vaccine. Des cours de premiers secours leur sont proposés, ou encore, animé par des étudiants en médecine, un hôpital des nounours, qui permet de leur parler de leur santé sans en avoir l’air. Les adolescents et les personnes âgées ne sont pas oubliés, bien sûr. Ce qui importe, pour tout le monde, c’est la variété des approches. La santé ne doit pas être une idéologie, mais une culture.

Salon Planète Santé Live, du 13 au 16 novembre 2014, au SwissTech Convention Center de l’EPFL. Infos: http://www.planetesante.ch/Salon2