Depuis vingt-cinq ans, des bords de la Loire à la forêt jurassienne, en passant par l’Inde et le nord du Cameroun, Boris Jollivet pose ses micros à la recherche des sons des éléments naturels et du sauvage. Invité du 21 au 23 octobre par le Festival Salamandre, l’audio-naturaliste français présente plusieurs œuvres sonores, lors de séances de «cinéma pour les oreilles», comme il les appelle. Au menu entre autres, du minuscule, avec une plongée dans l’univers des insectes, et de l’inquiétant, avec l’ambiance nocturne d’une forêt européenne, accompagnant l’exposition intitulée La Forêt des ombres du photographe naturaliste Vincent Munier. Rencontre avec un homme aux oreilles grandes ouvertes.