On ne peut pas dire que les consommateurs ont eu de quoi se rassurer ces dernières années. Bœuf fou, poulet à la dioxine, porcs pestiférés, etc.

La peur alimentaire s'est installée. Pour Paul Benkimoun, médecin et journaliste, cette crise de la malbouffe est l'occasion d'un réinvestissement du politique

par le citoyen. Comment faire de l'incompétence de chaque citoyen une compétence globale grâce à un processus à inventer? Comment vivre avec la part d'incertitude inhérente à la démarche scientifique? Comment assurer

le respect du fameux principe de précaution? Voici quelques-unes des questions abordées dans cet ouvrage clair et bien documenté.

«La Peur aux ventres», par Paul Benkimoun,

Ed. Textuel, 2000,150 pages.