Il est malheureusement possible d'obtenir, contre payement bien sûr, un certificat attestant que son nom a été attribué à une étoile. Et il est même probable que certains des acheteurs aient placé ces certificats bien en vue dans leur salon. Selon la publicité de la société qui a lancé cette opération de vente des étoiles, près d'un million de personnes de par le monde ont succombé aux arguments du genre: «Un rêve devenu réalité», «Ayez votre nom dans le Cosmos», «Donner un nom aux étoiles anonymes qui ont été identifiées et référencées par les scientifiques», «Des centaines de célébrités telles que… ont déjà une étoile à leur nom».

L'attribution d'un nom à une étoile coûte environ 150 francs. Après déduction des frais d'édition du certificat, d'envoi et de gestion des fichiers, il doit bien rester 100 francs de bénéfice par vente d'étoile. A ce jour, la rusée et maligne société éditrice s'est donc constitué un pactole d'environ 100 millions de francs. Le catalogue utilisé étant celui des étoiles guides du télescope spatial Hubble, qui contient 16 millions d'étoiles, l'avenir semble plein de richissimes promesses pour les petits malins qui ont imaginé et lancé l'opération. D'autant plus que le catalogue utilisé est mis, lui, gratuitement à disposition de tous les utilisateurs intéressés, et que rien ne prouve qu'une étoile n'est pas attribuée plusieurs fois.

Ce type d'opération douteuse est d'une efficacité commerciale incroyable. Il y a des milliards d'étoiles dans le cosmos, qui n'appartiennent à personne et qui sont une richesse gratuite de toute l'humanité. Les astronomes ont établi des catalogues en attribuant des noms aux objets les plus brillants, tels que Betelgeuse, Polaris, Sirius ou Vega. Un recensement utile a été organisé afin que l'inventaire des positions des étoiles sur le ciel permette de les localiser et de rendre ainsi possibles les travaux de recherche astronomiques. Et au bout de cette chaîne de travaux qui durent depuis des siècles, une entreprise mercantile dévoie cette richesse culturelle en faisant vibrer la fibre émotionnelle des gens: Ah, avoir son nom associé à une étoile située à quelques milliers d'années-lumière dans la Voie lactée… C'est simple, efficace, mais inadmissible.

Bien sûr, cela ne fait de tort à personne en particulier, et l'Univers continuera d'évoluer sans en être perturbé. Peut-être même qu'un peu de bonheur ou de fierté seront apportés à ceux qui se payent une étoile. De plus, il serait vain de légiférer pour interdire ce genre de pratique et l'Unesco a bien d'autres préoccupations. Mais faut-il admettre sans s'indigner que tout se vende, même les étoiles? Savez-vous ce qui me navre le plus? C'est qu'à la suite de cette chronique, certains qui ignoraient tout de la vente des étoiles soient tentés à leur tour. Non, ne le faites pas! Contentez-vous d'admirer le ciel étoilé, qui est d'autant plus beau qu'il n'appartient à personne en particulier et qu'il n'est pas à vendre.