Les reptiles nous avaient montré, il y a une centaine de millions d'années, leur capacité à produire des espèces géantes. Aujourd'hui, certains d'entre eux font dans la miniaturisation. Comme le discret Sphaerodactylus ariasae qui a évolué à l'insu de l'homme sur un îlot des Caraïbes, jusqu'à ce que deux biologistes le découvrent au milieu d'une forêt partiellement détruite.

Cette nouvelle espèce, élevée au rang de plus petit lézard du monde, mesure 16 millimètres de la pointe du museau à la base de la queue. Ses découvreurs, Blair Hedges et Richard Thomas, des Universités de Penn State et de Porto Rico, l'ont déniché sur Beata Island, une île incluse dans le Parc national Jaragua, en République dominicaine. Les mini-lézards vivent par petits groupes, dans des trous humides du sol ou à l'intérieur de petites grottes.

Aussitôt apparu aux yeux des naturalistes, le «nouveau» reptile risque d'être inscrit sur la liste des espèces en danger de disparition. La forêt qui l'abrite, bien que protégée, perd du volume chaque année…