Biomédecine

Des scientifiques réclament l’interdiction des outils d’édition du génome sur les embryons

Une vingtaine de scientifiques, dont les pionniers du secteur, demandent la mise en place d’un moratoire global de plusieurs années sur CRISPR-Cas9, puissante technique d’édition du génome à l’origine des jumelles génétiquement modifiées qui ont fait scandale ces derniers mois

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe au sein de la communauté scientifique. Le 26 novembre 2018, le biologiste chinois He Jiankui annonçait, dans une vidéo diffusée sur YouTube, la naissance de Lulu et Nana, premiers bébés génétiquement modifiés dans le but de les rendre résistants au virus du sida. L’indignation de ses pairs est immédiate. Pour de nombreux experts, He Jiankui a clairement franchi le Rubicon en décidant de conduire ses recherches sans tenir compte des principes élémentaires de l’éthique biomédicale, mais aussi des possibles risques liés à l’édition génétique de cellules embryonnaires humaines, dont le patrimoine se transmet aux générations suivantes.

Lire aussi: Les bébés chinois dont l’ADN aurait été modifié déclenchent des réactions horrifiées