Les scientifiques ont gâché la fête du patriarche de l’Eglise orthodoxe de Russie. Kirill a fêté la semaine passée ses dix années à la tête du clergé orthodoxe russe et pensait enjoliver les célébrations par un titre de docteur honoris causa délivré par l’Académie des sciences de Russie (ASR). Las, tout a échoué à cause de dissensions au sein de la communauté scientifique, peu disposée à voir ses titres de noblesse transformés en faire-valoir.

Le service de presse de l’ASR a bien annoncé vendredi 18 janvier l’attribution du titre de professeur honoraire de l’Académie des sciences au patriarche de toutes les Russies Kirill et à la présidente du Sénat Valentina Matvienko pour «une contribution importante à la vulgarisation de la science». Mais l’ASR s’est rétractée mardi en invoquant «des problèmes juridiques», et a reporté la décision finale à avril. Les intéressés se sont sortis de cette ornière vexante en faisant savoir via leurs porte-parole qu’ils n’étaient «pas au courant» du titre honorifique qui devait leur être décerné. Peu vraisemblable.