environnement

Les scooters, ces super-pollueurs

Certains scooters émettent un véritable cocktail de substances toxiques et contribuent ainsi fortement à la pollution de l’air en ville

Les scooters, ces super-pollueurs

Environnement Des chercheursont mesuréles substances polluantes émisespar certains scooters

Ces engins contribueraient fortementà la dégradationde l’air en ville

Les nuages de smog qui se forment régulièrement au-dessus de nos villes et empoisonnent la santé de leurs habitants sont en partie dus au trafic routier, grand émetteur de particules fines et autres gaz toxiques. Une catégorie de véhicules, en particulier, contribue cependant fortement à cette pollution, d’après une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Communications : il s’agit des scooters munis d’un moteur à deux temps. Des chercheurs de l’Institut Paul Scherrer (PSI) à Villigen ont montré que ces engins émettaient un véritable cocktail de substances dangereuses. Ils représenteraient une source majeure de pollution en ville, bien qu’ils ne constituent qu’une petite fraction des véhicules qui y circulent.

La grande majorité des voitures, camions et motos fonctionnent aujourd’hui à l’aide d’un moteur thermique dit à quatre temps, ceux-ci correspondant aux quatre étapes nécessaires pour transformer l’énergie chimique contenue dans le carburant en énergie mécanique. En revanche, bon nombre de scooters de faible cylindrée, n’excédant pas les 50 cm3, sont munis d’un moteur à deux temps. Ce moteur, qui équipe aussi les tronçonneuses et les tondeuses à gazon, est moins coûteux et possède un fonctionnement plus simple que celui à quatre temps. Il émet cependant une grande quantité de polluants, notamment en raison du lubrifiant qui doit être ajouté dans son carburant et qui est ensuite libéré dans l’atmosphère après un processus de combustion incomplet.

Afin de mieux caractériser les émissions des scooters à deux temps, André Prévôt et ses collègues du PSI ont soumis ces engins à une série de tests de laboratoire. Ils ont ainsi montré qu’ils émettaient une grande quantité de substances néfastes: d’une part des gaz tels que le benzène, dont le caractère carcinogène est bien documenté, et, d’autre part, différents types de particules fines, dont certaines sont émises directement par le moteur et d’autres se forment au contact avec l’air ambiant. Les particules fines ont un impact avéré sur la santé, avec des conséquences notamment sur les systèmes respiratoire et cardiaque.

D’après les mesures des chercheurs, les scooters à deux temps sont beaucoup plus polluants que les autres véhicules. «Même s’il existe de fortes variations d’un véhicule à l’autre, en fonction du modèle considéré et de son état de vétusté, on estime qu’un scooter à deux temps actuel émet environ 100 fois plus de substances polluantes qu’une voiture classique, à consommation de carburant égale. Ce qui place ces engins dans la catégorie des super-pollueurs», relève André Prévôt.

Dans les villes où ces deux-roues sont fréquents, ils pourraient même représenter la ­principale source de pollution atmo­sphérique d’origine routière. A Bangkok, par exemple, les scientifiques estiment que les scooters à deux temps seraient responsables de 60% des particules fines émises dans l’air par le trafic, alors que ces engins ne correspondent qu’à 10% du carburant consommé.

Ces scooters posent cependant aussi problème en Europe, et notamment au sud du continent, où ce moyen de locomotion est très populaire. En Suisse, les scooters à deux temps demeurent relativement rares. «Les acheteurs leur préfèrent souvent les scooters à moteur quatre temps, plus puissants, indique Richard Ballaman, chef de la section qualité de l’air à l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Les nouvelles informations apportées par les scientifiques du PSI nous sont toutefois précieuses, car elles permettent de mieux comprendre le comportement des hydrocarbures émis par ces engins.»

Alors qu’il existe une stricte réglementation européenne régissant la pollution automobile, celle de scooters à deux temps demeure beaucoup moins bien encadrée. «Il s’agit pourtant d’une technologie dépassée; ces machines ne devraient tout simplement plus être sur le marché», fait valoir André Prévôt, qui rapporte dans son étude comment la qualité de l’air s’est drastiquement améliorée dans certaines villes chinoises à la suite de l’interdiction des scooters munis de moteurs à deux temps. «Aucune interdiction de ce type n’est prévue en Suisse, mais il convient de promouvoir l’usage de deux-roues moins polluants, qu’ils soient électriques ou munis de moteurs à quatre temps», estime pour sa part Richard Ballaman. Une réglementation européenne contraignante pour les moteurs à deux temps est, par ailleurs, en cours d’élaboration.

«Un scooter à deux temps actuel émet environ 100 fois plus de polluants qu’une voiture classique»

Publicité