Embryologie

Pourquoi les serpents sont-ils si longs?

En découvrant l’origine du corps allongé des serpents, des chercheurs pourraient avoir trouvé un remède aux blessures de la moelle épinière

Des chercheurs ont révélé l’origine du corps exceptionnellement long des serpents – certaines espèces possèdent jusqu’à 300 vertèbres! Publiés lundi 8 août dans la revue Developmental Cell, leurs résultats soulignent le rôle-clé joué par le gène Oct4.

Tous les vertébrés (animaux ayant un squelette) ont un corps formé d’une tête, un cou, un tronc et une queue. Leur développement embryonnaire se fait par phases successives, chaque région du corps se formant dans un ordre spécifique, de la tête à la queue. Il est guidé par des instructions génétiques qui indiquent le début et la fin de la formation de chaque secteur. «Pour que la queue se développe par exemple, il faut que les gènes du tronc soient désactivés», indique Rita Aires de l’Institut Gulbenkian de Ciência au Portugal, premier auteur de la publication.

Alors pourquoi deux vertébrés comme la souris et le serpent (par exemple) ont des corps proportionnés si différemment, avec tronc plus long et queue plus courte chez le serpent? Pour le savoir, l’équipe de chercheurs a comparé le développement embryonnaire des deux espèces. Il est apparu que le gène Oct4 était activé plus longtemps chez les serpents. Or, ce gène est le principal régulateur du développement du tronc chez les vertébrés. Durant l’évolution des reptiles, le gène Oct4 a été placé à côté d’une région d’ADN qui prolonge son activation.

Régénération de la moelle épinière

Chef du laboratoire portugais, Moisés Mallo indique que cette découverte laisse entrevoir de nouvelles possibilités dans la régénération de la moelle épinière – qui peut être lésée notamment après des accidents de voiture. «Le gène Oct4 pourrait aider au développement de cellules de la moelle épinière dans des cultures in vitro [en vue d’une transplantation, NDLR]», imagine-t-il. Une autre option, serait de créer des médicaments qui stimuleraient l’activité du gène Oct4, ou imiterait ses effets. «Nous testons actuellement l’effet de certains de ces médicaments», prévient Moisés Mallo.

A noter que le serpent n’est pas le seul animal à avoir une partie du corps particulièrement allongée. Certains oiseaux au long cou, comme le cygne avec ses vingt-quatre vertèbres cervicales pourraient bénéficier du même mécanisme d’activation prolongée d’un gène (autre que Oct4). La girafe par contre, n’a que sept vertèbres cervicales, comme la plupart des mammifères. Mais elles sont de très grande taille!

Publicité