Le champ des possibles de la reproduction humaine prend une ampleur considérable. Du moins en théorie. Mais le passage à la pratique n’est une affaire que de «quelques années», d’après les professionnels de la fertilité interrogés par le magazine Technology Review du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Dans la Silicon Valley, terre d’innovations technologiques, un homme fait particulièrement parler de lui: Matt Krisiloff. Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’il est à la tête de la plus grande entreprise commerciale spécialisée dans la gamétogenèse in vitro, un processus de transformation de cellules sanguines en gamètes artificiels mâles ou femelles, soit des spermatozoïdes ou des ovules.