C’est l’un des plus grands raouts médicaux en Suisse. Du 5 au 7 juin prochain, des milliers de généralistes sont attendus à Bâle, au congrès de printemps de la Société suisse de médecine interne générale (SGAIM). Cette année, le programme est centré sur l’innovation et aborde des thèmes aussi variés que l’insuffisance rénale chronique, les nouvelles thérapies contre l’asthme ou l’encadrement du suicide assisté dans les hôpitaux. Tous les midis, les internistes pourront aller croquer un sandwich en se baladant autour des stands des industries pharmaceutiques venues promouvoir leurs nouveautés, ou assister à un symposium sponsorisé par AstraZeneca ou Bayer. Ce mélange des genres n’a rien d’exceptionnel: les liens entre l’industrie et les médecins sont très assumés.

A lire: Comment «Le Temps» a ausculté les liens financiers entre pharmas et médecins