Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Solange Peters, cheffe du service d’oncologie médicale du CHUV.
© Jean-Christophe Bott/Keystone

Forum des 100

«Nous sommes capables d’apprendre au système immunitaire à se battre contre le cancer»

L’oncologie est un des domaines les plus à la pointe dans la médecine personnalisée. Des traitements adaptés à chaque tumeur apparaissent. Mais garantir leur accès au plus grand nombre constitue un défi, estime la cancérologue du CHUV Solange Peters

Forum des 100: La santé dans tous ses états

Comment faire baisser les coûts de la santé? Sommes-nous prêts pour la révolution de la médecine personnalisée? Quel est le poids économique de la Health Valley romande? Une série d'articles traite de ces questions en amont du Forum des 100, organisé par le Temps, le 11 mai, à l'Université de Lausanne.

La médecine personnalisée, une vision d’avenir? Pas seulement, car dans le cas du traitement du cancer, elle est déjà en partie réalité. «On n’en est pas encore à offrir un traitement spécifique à chaque tumeur. Mais dans certains cas, on peut identifier les mutations propres aux cellules cancéreuses et les cibler directement. Cela permet d’éviter de recourir à une chimiothérapie, qui a le désavantage d’être toxique pour l’ensemble des cellules de notre corps», explique Solange Peters, cheffe du Service d’oncologie médicale du CHUV à Lausanne, qui s’exprimait le 11 mai à l’Amphimax de l’Université de Lausanne dans le cadre du Forum des 100. Ces traitements de pointe concernent actuellement 10 à 15% des patients, avec le potentiel de changer leur existence.

Lire aussi: Lana Kandalaft, «Fast and Curious»

Il devrait être aussi facile pour notre système immunitaire de se débarrasser d’une tumeur que d’un banal virus, ajoute la doctoresse. Mais dans les faits, le cancer n’est pas naturellement combattu par nos défenses. C’est parce que la tumeur fabrique une coque qui la rend invisible. «Nous sommes désormais capables d’apprendre à notre système immunitaire à reconnaître cette coque et à combattre la tumeur», souligne la doctoresse.

Notre dossier: Santé personnalisée: espoirs et enjeux

D’autres approches encore plus innovantes consistent à manipuler les cellules immunitaires du patient afin de les transformer en armes contre les cellules cancéreuses. Ces techniques dites d’immunothérapie ont déjà mené à de nettes avancées dans le traitement des cancers du poumon et des mélanomes. «Il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas pour l’ensemble des cancers, estime Solange Peters. Mais on manque encore de traitements de ce type contre le cancer du sein et du côlon. On est au tout début de cette technique.»

«Rester extrêmement prudent»

L’immunothérapie n’est pas non plus la panacée: certains essais avec des traitements expérimentaux ont mené à des décès. «Les graves effets secondaires sont surtout liés au développement très rapide de ces nouveaux traitements, affirme Solange Peters. Il faut rester extrêmement prudent, car on touche à notre système immunitaire, essentiel à notre survie.» Et l’oncologue d’insister sur l’importance du soutien à la recherche académique, seule à même d’évaluer ces approches innovantes en se détachant des considérations de marketing…

Car là où le bât blesse avec l’immunothérapie, c’est surtout au niveau des coûts, qui peuvent dépasser la centaine de milliers de francs. Comment garantir l’accès de tous à ces soins? «Les entreprises pharmaceutiques disent devoir amortir leurs efforts de recherche. Mais de nouvelles pistes peuvent être envisagées, par exemple en remboursant les actionnaires un peu moins au fil du temps. Il est important de se poser ces questions maintenant, avant qu’on arrive à une situation où certains patients ne pourront bénéficier du médicament dont ils ont besoin.»

Lire aussi: L’Arc lémanique au cœur de la nouvelle révolution anticancer

Dossier
Santé personnalisée: espoirs et enjeux

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST