La sonde américaine Osiris-Rex a définitivement quitté, lundi, l'orbite de l'astéroïde Bennu, dont elle a collecté des échantillons de poussières l'année dernière, pour entamer son voyage retour vers la Terre. 

La sonde «se déplace désormais à plus de 950 km/h depuis Bennu, en route vers la maison», a déclaré Dante Lauretta, responsable de la mission, sur la retransmission vidéo de l'événement par la Nasa.

Lire aussi: La sonde Osiris-Rex a réussi à sécuriser ses poussières d'astéroïde

Les propulseurs de l'engin ont été enclenchés sans encombre durant sept minutes afin d'effectuer la poussée nécessaire pour mettre la sonde sur la bonne trajectoire. Cette dernière croisera celle de la Terre après un ultime périple de 2,3 milliards de kilomètres.

Une opération pleine de surprises

Osiris-Rex ramène à son bord «plus de 60 grammes» de poussières et fragments de l'astéroïde, soit le plus gros échantillon collecté par la Nasa depuis les roches lunaires rapportées par les missions Apollo.

Pour arriver à ce résultat, l'Agence spatiale américaine a mené une opération à haut risque en octobre 2020: la sonde est entrée quelques secondes en contact avec le sol de l'astéroïde, et les poussières ont été soulevées par un souffle d'azote comprimé avant d'être capturées. Le bras de la sonde s'était enfoncé de plusieurs centimètres dans la surface de l'astéroïde, dont les scientifiques ont ainsi appris qu'elle était en réalité «très peu densément constituée», a raconté Dante Lauretta.

Pour en savoir plus: La sonde américaine Osiris-Rex a touché l'astéroïde Bennu

Et tout avait failli échouer lorsque la Nasa s'était rendue compte quelques jours plus tard que le clapet du compartiment de collecte ne parvenait pas à se refermer, laissant des fragments s'échapper dans l'espace. Mais la cargaison avait finalement finie par être sécurisée, en étant transférée depuis le bras de la sonde jusque dans la capsule, fixée en son centre.

Des échantillons qui seront étudiés «par des générations futures»

Dans deux ans et demi, cette capsule sera larguée quelques heures avant son entrée dans l'atmosphère terrestre, et sera freinée grâce à un système de parachute pour son atterrissage. Elle atterrira le 24 septembre 2023 aux Etats-Unis.

Les échantillons seront ensuite transportés au centre spatial Johnson de la Nasa, à Houston, mais 75% seront conservés intacts «pour être étudiés par des générations futures avec des technologies qui ne sont pas encore créées», a précisé l'Agence.

Leur analyse doit aider les scientifiques à mieux comprendre la formation du système solaire et le développement de la Terre comme planète habitable.