«Pour la première fois, nous avons établi un lien direct entre activité physique, facteurs de risque cardiovasculaires et santé cérébrale», se félicite Géraldine Poisnel, neurobiologiste de l’Inserm à l’Université de Caen. Avec son équipe, elle vient de montrer que sur un groupe de 135 personnes âgées de plus de 65 ans, le volume de matière grise du cortex cérébral est plus important si celles-ci pratiquent régulièrement une activité physique (vélo, marche, course, jardinage) que si elles sont complètement sédentaires. On savait déjà que le sport est bon pour le cœur, car il fait baisser l’indice de masse corporelle et le taux d’insuline. Cette nouvelle étude montre donc qu’il est également positif pour le cerveau.